Un arrêté qui vous incite à prendre plus de risques sur votre épargne retraite

Un arrêté qui vous incite à prendre plus de risques sur votre épargne retraite

Un arrêté concernant le nouveau plan d’épargne retraite, mis en place par la loi Pacte, vient d’être publié au journal officiel. Il détaille la composition des trois profils de risque proposés dans le cadre de la gestion pilotée.

Il ne manquait plus qu’un arrêté pour finaliser le cadre législatif entourant le nouveau plan d’épargne retraite (PER), mis en place par la loi Pacte. Publié dimanche 11 août au journal officiel, ce texte apporte des précisions concernant la composition des profils de risque, dans le cadre de la gestion pilotée des contrats.

Pour rappel, en l’absence de choix explicite de l’épargnant, la gestion pilotée sera considérée comme le mode de gestion par défaut, pour les supports renfermés dans le nouveau PER. D’ailleurs, il s’agit déjà du mode de gestion par défaut du Perp (Plan d’épargne retraite populaire) et du Perco (Plan d’épargne pour la retraite collectif).

Une gestion pilotée “à horizon”

Concrètement, l’arrêté définit les trois profils de risque proposés dans le cadre de la gestion pilotée du nouveau PER. Le risque n’est évidemment pas le même si vous êtes en phase d’épargne à 20 ans ou à 60 ans. Pour connaître le niveau de risque que vous pourrez prendre en fonction de votre âge, on parle de pilotage par horizon.

Vous pourrez ainsi choisir entre un profil “prudent horizon retraite”, un profil “équilibré horizon retraite” ou un profil “dynamique horizon retraite”. Il s’agit tout simplement de vous laisser choisir le niveau de risque que vous voulez prendre. A noter que, par défaut, c’est le profil équilibré qui sera sélectionné.

Avec cette mesure, le but de l’Etat serait d’inciter les épargnants à prendre un peu plus de risques. “On profite de cette loi Pacte pour faire un peu de pédagogie à marche forcée”, pointe Pierre-Emmanuel Sassonia, associé d’Eres, groupe de conseil et de gestion spécialisé en épargne retraite.

« Actuellement, les Perp et les contrats Madelin sont surinvestis en fonds en euros (des supports garantis, NDLR), ajoute Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne. L’idée est d’aller plus loin que ce que les épargnants font naturellement en termes de prise de risque. » D’autant qu’avec un horizon de placement long, il est recommandé d’aller vers des actifs plus risqués, et donc au rendement potentiel plus élevé.

Quelle dose de risque voulez-vous prendre ?

Dans le détail, la composition de ces profils est exprimée en fonction de la part du portefeuille allouée à des actifs peu risqués (fonds en euros, fonds obligataires, etc.). Par exemple, pour un épargnant qui aurait plus de 10 ans devant lui avant de partir à la retraite, un profil “prudent” correspond à un plan dont la part des supports à faible risque représente 30% de l’encours seulement. Puis, plus vous avancez en âge, moins vous êtes exposé au risque. Autrement dit, vos investissements sont de plus en plus prudents.

Retrouvez ci-dessous la composition de chaque profil en gestion pilotée, exprimée en fonction de la part allouée aux actifs peu risqués et de la durée restant à courir avant votre départ à la retraite.

Par ailleurs, il est précisé dans cet arrêté que le gestionnaire de votre plan d’épargne retraite devra réaliser des arbitrages “au minimum une fois par semestre”. Le but étant toujours d’adapter au mieux l’allocation d’actifs du PER à votre horizon de placement.

Et, pour ceux qui ne souhaiteraient prendre aucun risque financier avec leur plan d’épargne retraite, pas de panique. Vous aurez toujours la possibilité d’opter pour une gestion libre, avec laquelle vous sélectionnerez vous-même les actifs sur lesquels vous voudrez investir.

Si vous avez aimé cet article, partagez le !
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.