Les réassureurs résistent aux catastrophes naturelles

Les réassureurs résistent aux catastrophes naturelles

Les réassureurs résistent aux catastrophes naturelles

La multiplication des événements climatiques extrêmes les contraint à revoir leur façon de travailler.

Vue aérienne des dégâts causés par l’ouragan Dorian à Freeport, aux Bahamas, le 5 septembre 2019.
Vue aérienne des dégâts causés par l’ouragan Dorian à Freeport, aux Bahamas, le 5 septembre 2019. ADAM DELGIUDICE/AFP

Les ouragans seront au cœur des conversations des assureurs et des réassureurs mondiaux réunis en congrès à Monte-Carlo à partir de samedi. Jusqu’ici, ces derniers se réjouissaient d’un premier semestre 2019 relativement clément en événements climatiques extrêmes. Mais ils ont désormais les yeux braqués sur l’évolution de l’ouragan Dorian, qui, après avoir dévasté une partie des Bahamas où il a fait au moins 30 morts, s’abat, avec moins de violence certes, sur la côte Est des États-Unis (Caroline du Nord, vendredi). «On est passé très près du pire», assure Claude Tendil, président du congrès international des assureurs et réassureurs. Si l’ouragan avait frappé la Floride avec la même intensité qu’aux Bahamas, «cela aurait été sans doute le plus grand sinistre de l’histoire»,poursuit l’expert, également administrateur de Scor, quatrième réassureur mondial. Toutefois, Dorian «pèsera lourd aux États-Unis pour les assureurs et les réassureurs, avec des dégâts qui seront importants».

Depuis

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.