Epargne : l’assurance vie au top en 2018, le PEL au plus mal

Epargne : l’assurance vie au top en 2018, le PEL au plus mal

Les derniers chiffres de l’épargne en France, publiés en juin 2018, permettent d’établir les tendances à l’issue du premier semestre de l’année. L’assurance-vie est le placement préféré des Français, devant les livrets bancaires et les livrets A, qui ont chacun capté un peu plus de 9 milliards d’euros nets en six mois. A cause des nouvelles règles fiscales qui lui sont appliquées, le PEL a moins séduit.

Pas toujours facile, pour les particuliers, de démêler le vrai du faux et d’identifier les produits d’épargne les plus intéressants financièrement face à la diversité de l’offre et aux fluctuations des rendements.

Pourtant, au premier semestre 2018, les épargnants ont fait des choix nets en matière de placement. Ils se sont notamment tournés vers les assurances-vie, indique le site cBanque, qui a épluché les chiffres de collecte de l’Association française de l’assurance (AFA), de la Banque de France et de la Caisse des Dépôts.

L’assurance-vie plébiscitée

En six mois, les assurances-vie se sont positionnées comme le produit phare sur cette période avec une collecte de 12,3 milliards d’euros. Cette solution d’épargne a nettement progressé puisqu’elle n’avait capté « que » 7 milliards d’euros nets sur l’ensemble de l’année 2017.

Il faut dire que le taux d’intérêt moyen observé l’an dernier (1,8%) a dépassé les prévisions du marché. Des mesures fiscales favorables aux épargnants ont également contribué au succès du produit.

Le PEL paie les nouvelles règles fiscales

Les livrets bancaires sont le deuxième choix des Français, avec un solde positif de 9,3 milliards d’euros sur le semestre. Et ce malgré un rendement qui a atteint en juin 0,27% brut, son minimum historique, ce qui explique une baisse de la collecte de 20% en un an. Juste derrière, on trouve le livret A avec 9,1 milliards d’euros collectés, contre 9,42 milliards en 2017.

Loin de sa forme de 2015, le Plan Epargne Logement (PEL) présente un solde tout juste positif de 493 millions d’euros. La faute, entre autres, à l’imposition des intérêts des PEL ouverts à partir du 1er janvier 2018.

source : Boursorama

Si vous avez aimé cet article, partagez le !
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.