Assurance vie : 1,90% pour le fonds euros de Gaipare, qui va lancer un nouveau contrat

Assurance vie : 1,90% pour le fonds euros de Gaipare, qui va lancer un nouveau contrat

L’inexorable effritement de la rémunération du fonds euros de l’assurance vie se poursuit en 2020, y compris pour les contrats les plus rémunérateurs du marché. Le Groupement associatif interprofessionnel pour l‘amélioration de la retraite et de l‘épargne, Gaipare, n’échappe pas à la règle et vient d’annoncer, ce lundi 18 janvier, un taux d’intérêt de 1,90% pour son support garanti contre 2,15% en 2019. Comme chaque année, “le taux servi est le même pour tous les contrats”, a précisé le président de l’association, Jean Berthon. Sont ainsi concernés tous les contrats assurés par Allianz Vie pour le compte de Gaipare, à savoir Livret Gaipare, Gaipare II, Gaipare Sélection, Gaipare Select F et bien entendu Gaipare Selectissimo lancé en 1984. Le fonds euros du plan d’épargne retraite (PER) Gaipare Zen, assuré par Ageas France, s’affiche quant à lui à 1,20%.

>> A lire – Assurance vie – notre comparatif des rendements de tous les contrats

Bien au-dessus de la moyenne du marché

Malgré ce recul sensible du rendement du fonds euros, les 43.000 adhérents de Gaipare à fin 2020 peuvent avoir le sourire. Certes, ils ont vu leur rémunération chuter d’un point en seulement 4 ans puisque le fonds euros de Gaipare servait encore 2,90% en 2016. Pour autant, le taux de 1,90% surclasse très largement la moyenne attendue pour l’ensemble du marché, comprise entre 1% et 1,10% selon Cyrille Chartier-Kastler, fondateur du prescripteur indépendant de contrats d’assurance vie Good Value for Money. Et pour cause, “on continue d’être dans un monde avec des taux d’intérêt extrêmement bas”, a confirmé Jean Berthon, le président de Gaipare précisant que le taux de réinvestissement du portefeuille, soit la rémunération moyenne des obligations souscrites en 2020, se limitait à 0,87%. Les cotisations (versements) ayant été moins fortes que les prestations (décès, rachats…) de l’ordre de 79 millions d’euros l’an passé, cette “décollecte” nette en 2020 s’est finalement avérée bénéfique pour les adhérents, les montants à placer en obligations peu rentables étant plus limités qu’en cas de collecte positive.

>> A lire aussi – Assurance vie : oubliez la règle des 8 ans, l’âge de votre contrat n’a aucune importance

A noter également que pour offrir cette rémunération de 1,90%, l’association a dû “prendre une fraction, assez faible, de la provision pour participation aux bénéfices (PPB, ndlr)”, a expliqué son dirigeant. Après avoir placé 26 millions d’euros en “réserves” un an plus tôt, Gaipare en a prélevé 6,6 millions pour lisser la baisse de la performance du fonds euros.

>> A lire aussi – Assurance vie : les effets de la crise sanitaire sur votre fonds euros

Un nouveau contrat en 2021

Alors que l’accès au fonds euros est déjà conditionné à un versement minimum en unités de compte de 30% chez Gaipare, la prise de risque de l’adhérent pourrait encore être appelée à augmenter dans un avenir proche. “Est-ce que la notion de taux sans risque est encore valable ?, s’est ainsi interrogé Jean Berthon. Si l’on veut avoir une rémunération correcte de son épargne, il va falloir prendre des risques”, a-t-il tranché.

>> Notre service – Pour vous aider à choisir les meilleures SCPI, bénéficiez de conseils d’experts gratuits grâce à notre partenaire

Fort de ce constat, l’association envisage de lancer un nouveau contrat, appelé à prendre la succession de Gaipare Selectissimo dans les prochains mois. Cette solution, basée sur le mécanisme de la tontine et inspirée du contrat Allianz Vie Fidélité lancé en septembre 2020, consiste à créer une “garantie fidélité” pour l’épargnant qui reste investi au moins pendant 5 ans. Un bonus de rémunération, de 10% minimum, provenant… de la rémunération perdue par les clients qui ont effectué un rachat total sur leur contrat pendant cette période, une telle opération occasionnant la perte totale des intérêts pour le client “infidèle”. Autre innovation de ce contrat, la commercialisation d’unités de compte dites “clean share”, c’est-à-dire sans rétrocession pour l’assureur. Seuls les frais liés à la société de gestion resteront donc ponctionnés chaque année. Ces derniers pourront toutefois être relevés, a avoué Jean Berthon, même si les épargnants resteront gagnants selon le président de Gaipare.

>> A lire aussi – Assurance vie : boostez le taux de votre fonds euros avec l’immobilier et la Bourse

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.