des frais plus lourds qu’il n’y paraît

des frais plus lourds qu’il n’y paraît

des frais plus lourds qu’il n’y paraît

DÉCRYPTAGE – Sans plus-value à la revente, impossible d’amortir les frais d’acquisition, peu négociables.

La crise sanitaire n’a pas freiné l’engouement des Français pour la pierre. En 2021, le nombre de transactions devrait dépasser 1,2 million, soit un niveau jamais atteint auparavant. L’immobilier demeure une valeur refuge incontournable, favorisée par le levier du crédit immobilier, avec des taux qui restent très bas (0,99%, en moyenne, sur vingt ans selon l’Observatoire crédit logement CSA). Et parmi ces acquéreurs, les investisseurs locatifs répondent encore présents malgré les conditions d’emprunt qui se sont durcies.

Mais attention, au prix du bien viennent s’ajouter de nombreux frais qui viennent renchérir l’opération. Les plus connus sont les frais d’acquisition, aussi appelés frais de notaire. Prélevés lors de la signature de la vente, ils regroupent les honoraires du professionnel qui sont réglementés, mais surtout les taxes que ce dernier reverse à l’État et aux collectivités locales en plus d’autres frais (urbanisme, cadastre, hypothèques…). Au total, ces frais oscillent entre

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.