Epargne salariale : pourquoi vous devez lire votre nouveau relevé annuel

Epargne salariale : pourquoi vous devez lire votre nouveau relevé annuel

Cela n’est pas une nouveauté : les Français veulent en savoir plus sur leur épargne salariale. Selon le dernier baromètre “Les Français, l’épargne et la retraite” 2021* réalisé par Ipsos pour le Cercle des épargnants et dévoilé le 9 février, 43% des sondés jugent prioritaire “l’amélioration de l’information des salariés sur l’épargne salariale”. Une demande récurrente des épargnants qui n’est pas restée sans réponse puisque la loi Pacte de 2019 a prévu la généralisation de l’envoi d’un relevé annuel aux détenteurs d’un plan d’épargne salariale (PEE, Perco, Percol). Censée être effective au 1er janvier 2020, la réglementation de ce relevé, prévue par un décret daté du 20 août 2019, est devenue pleinement effective depuis cette année. Charge au teneur de comptes du plan de l’envoyer, avant le 31 mars 2021. L’envoi étant désormais souvent dématérialisé, sauf si vous vous y opposez, vous pourriez être tenté de ne même pas ouvrir ce document. Grave erreur, car ce nouveau relevé annuel d’épargne salariale est loin d’être sans intérêt.

>> Notre service – Vous cherchez un emploi ou voulez en changer ? Retrouvez des milliers d’offres sur notre site

Les montants investis

Il ne s’agit pas en effet d’un énième document supplémentaire, illisible, bourré de mentions légales… et inutile. “Le relevé annuel donne une vision à la fois globale et détaillée de son épargne”, assure Catherine Pays-Lenique, directrice générale d’Epsens, acteur majeur de l’épargne salariale avec 6 milliards d’euros d’encours sous gestion et 550.000 épargnants au 31 décembre 2020. Cette vue d’ensemble se matérialise par la présentation du total de votre épargne salariale brute. Il s’agit, comme le définit le décret du 20 août 2019, du “montant global des droits et avoirs inscrits au compte du bénéficiaire, estimé au 31 décembre de l’année précédente” ainsi que du “montant de ses droits et avoirs par support de gestion, avec les dates de disponibilités, ainsi que les modalités de gestion, prévues par défaut dans le règlement du plan ou choisies par le bénéficiaire”.

Pour chaque plan et chaque fonds qui le compose, vous avez par ailleurs un aperçu des montants qui correspondent à vos versements, à l’abondement de votre employeur, à votre intéressement et/ou votre participation. Vous pouvez ainsi visualiser clairement la part de votre épargne due à votre investissement personnel et celle issue de votre employeur.

>> A lire – Epargne salariale : alimentez vos plans malgré la crise

La disponibilité de votre épargne

Les informations relatives à la disponibilité de vos avoirs vous permettent de répondre par exemple à la question suivante : quand vais-je pouvoir récupérer l’encours de mon plan d’épargne entreprise (PEE) en franchise d’impôt ? La disponibilité des sommes varie en effet pour chaque produit : franchise d’impôt au bout de 5 ans minimum pour un PEE, ou disponibilité à la retraite pour un plan d’épargne pour la retraite collectif (Perco) ou le PER collectif (Percol, successeur du Perco) créé par la loi Pacte. Mais le titulaire d’un produit dédié au financement de la retraite (Perco, Percol) n’est pas sans solution pour retirer son épargne plus tôt, l’acquisition de la résidence principale permettant de débloquer son épargne de manière anticipée et exceptionnelle. Le relevé annuel permet ainsi de visualiser les possibilités qui s’offrent à vous, notamment si vous comptez acheter votre résidence principale prochainement : sur votre Perco, vous connaissez quasiment en temps réel le montant net que vous pourrez débloquer, le relevé vous indiquant le montant estimé des prélèvements sociaux.

>> A lire aussi – PEE, Perco : la liste des justificatifs à fournir pour débloquer votre épargne salariale

Ce que votre plan vous rapporte

Autre information à prendre en compte : la performance de votre épargne. “Les plus ou moins-values latentes sont également précisées dans le relevé annuel”, pointe la directrice générale d’Epsens. Une donnée à examiner avec attention, relève la spécialiste : “Les épargnants qui s’intéressent à leur épargne peuvent par exemple décider de faire des arbitrages au vu de ces performances.” Une décision qui doit correspondre à votre horizon de placement, à votre aversion au risque, à la conjoncture sur les marchés boursiers ou encore au niveau de vos plus-values. Vous pouvez par exemple décider de transférer une partie de votre épargne risquée sur un fonds monétaire ou procéder à l’inverse. Pour faciliter ces démarches, Epsens joint au relevé annuel une liste des fonds ouverts aux versements, et donc aux arbitrages que peut effectuer l’épargnant.

Vos mouvements pour l’année écoulée

Votre relevé annuel d’épargne salariale constitue également un bilan de l’année passée et fournit un récapitulatif des sommes retirées et investies sur cette période, “présentées par type de versements ». “Outre vos versements, cela peut notamment concerner l’abondement de l’employeur, les versements du compte épargne-temps sur le Perco”, donne en exemple Catherine Pays-Lenique. Autant d’éléments qui doivent être inclus dans votre plafond d’épargne retraite utilisé en 2020. Pour rappel, il s’agit du maximum que vous pouvez verser chaque année sur l’ensemble de vos produits d’épargne retraite en bénéficiant d’une déduction de ces versements de vos revenus imposables. L’éventuel reliquat des trois années précédentes (2018, 2019 et 2020) peut de plus être utilisé en 2021.

>> A lire aussi – Epargne salariale : les plans d’intéressement vont devenir plus accessibles

Les frais à votre charge

Comme tout produit d’épargne, votre PEE ou Perco est grevé de frais (de tenue de compte, sur versements) plus ou moins élevés selon le teneur de comptes. Pour plus de transparence, un récapitulatif des frais à la charge du salarié lors de l’année écoulée est inscrit dans le relevé. Une nouveauté, comme le précise Catherine Pays-Lenique : “Avant, aucune obligation n’était prévue concernant ces frais.” A noter par ailleurs que le document peut aussi inclure “la mention des frais de tenue de compte-conservation pris en charge par l’entreprise”, stipule le décret du 20 août 2019. Une obligation si les frais de tenue de compte sont mis à la charge du salarié suite à son départ de l’entreprise. “C’est là que le salarié peut se rendre compte que les frais à sa charge sont très limités et que ceux payés par l’entreprise sont beaucoup plus importants”, glisse la directrice générale d’Epsens.

Un outil de lutte contre la déshérence

Dernier intérêt du nouveau relevé annuel : il peut vous permettre de ne pas oublier les plans que vous détenez. “Chez Epsens, nous précisons à l’épargnant s’il dispose d’un autre plan, ainsi que le teneur de comptes concerné”, confirme Catherine Pays-Lenique. Un bon moyen d’éviter la déshérence des produits d’épargne retraite notamment, une problématique dont s’est saisi le Parlement qui vient de voter une loi pour la combattre. Si vous détenez plusieurs plans, vous pourrez donc prendre contact avec le teneur de comptes de votre vieux produit d’épargne salariale. “Si votre épargne est rognée par les frais, rapatriez le tout sur votre dispositif actuel”, tranche Catherine Pays-Lenique.

>> A lire aussi – Epargne salariale : que faire de votre PEE à votre départ de l’entreprise ?

*Etude réalisée en ligne auprès de 1.000 Français âgés de 18 ans et plus du 15 au 22 janvier 2021.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.