Gaz, carburants : les hausses vertigineuses des factures des ménages depuis un an

Gaz, carburants : les hausses vertigineuses des factures des ménages depuis un an

Gaz, carburants : les hausses vertigineuses des factures des ménages depuis un an

Gaz, carburants : les hausses vertigineuses des factures des ménages depuis un an

+ 40,9% pour le gaz, + 21% pour les carburants… Entre décembre 2020 et octobre 2021, les tarifs de l’énergie se sont tout simplement envolés. Depuis le début de l’année, ces hausses ont conduit les ménages à débourser en moyenne 64 euros de plus par mois souligne la note de conjoncture de l’Insee publiée le 14 décembre. “Ce surcroît reflète en partie la situation particulière de 2020 : avec les contraintes sanitaires en place les volumes de consommations d’énergie se trouvaient très en deçà de leur niveau d’avant-crise”,peut-on lire sur l’étude. Ainsi, un tiers de cette hausse (21 euros) s’explique par l’augmentation générale de la consommation d’énergie, notamment celle des carburants. Mais la majeure partie, les deux tiers (43 euros) précisément, est due à l’inflation des prix. Le carburant (20 euros), le gaz (15 euros) et le fioul (6 euros) sont les trois causes principales de cette flambée.

Cependant, en étendant la comparaison sur 2 ans – entre novembre 2019 et octobre 2021 -, la différence s’atténue considérablement, à 36 euros par mois, dont 30 euros proviennent de la seule évolution des prix – 8 euros pour les carburants, 14 euros pour le gaz, 2 euros pour le fioul. Les 6 euros restants s’expliquent par l’augmentation de la consommation d’énergie . Les Français ont en revanche été épargnés par la hausse des tarifs de l’électricité, celle-ci atteignant 2,6% depuis décembre 2020.

Evidemment, la hausse n’est pas uniforme et a touché de façon diverse les ménages selon leurs modes de consommation. Les habitants des grandes villes ont été frappés de plein fouet par l’inflation des tarifs du gaz (15 euros de plus par mois depuis novembre 2019), contrairement aux Français vivant en zones rurales (10 euros). Au contraire, ces derniers ont vu leur facture mensuelle de carburant grimper de 12 euros, soit une augmentation près de 150% plus élevée que celle subie par les citadins (5 euros). Ils ont aussi dû subir la hausse des prix du fioul, une source d’énergie plus utilisée dans les maisons individuelles qu’en copropriété.

Le niveau de vie joue aussi un rôle déterminant. Plus on est riche, plus on consomme d’énergie, plus l’augmentation du kilowattheure de gaz se fait sentir. Le 1er décile de revenu (les ménages les plus pauvres) a subi une hausse mensuelle de sa facture de gaz trois fois plus faibles – 9 euros contre 26 -, que celle du 10ème décile (les plus riches). Un raisonnement similaire s’applique pour la facture de carburant, dont l’inflation est deux fois plus élevée chez les plus riches que chez les plus pauvres. Rappelons toutefois que rapportées à leurs revenus, ces hausses sont davantage préjudiciables aux plus précaires.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.