La crise provoque une nouvelle ruée vers l’or

La crise provoque une nouvelle ruée vers l’or

La crise provoque une nouvelle ruée vers l’or

En quête de sécurité et de liquidité, les demandes de particuliers s’envolent.

Depuis le début de la crise, les enseignes spécialisées dans la vente du précieux métal jaune ont vu leurs carnets de commandes se remplir à toute vitesse.
Depuis le début de la crise, les enseignes spécialisées dans la vente du précieux métal jaune ont vu leurs carnets de commandes se remplir à toute vitesse. BASHTA/Ded Pixto – stock.adobe.com

Le statut de valeur refuge de l’or ne se dément pas. Depuis le début de la crise, les enseignes spécialisées dans la vente du précieux métal jaune ont vu leurs carnets de commandes se remplir à toute vitesse. «C’est du jamais vu. On vend six fois plus d’or qu’il y a un mois et demi», constate Jean-François Faure, président de la plateforme internet Au Coffre. Chez CPoR Devises, acteur historique de la vente d’or physique en France, la vente de lingots a été multipliée par quatre par rapport à l’année dernière, celle des Napoléons, par deux. Face à cet afflux de demande, cet opérateur a même arrêté la cotation de cette pièce de 5,8 grammes d’or le 19 mars, une première depuis 1948. La cotation a repris le 2 avril.

Cet appétit pour les lingots, lingotins et pièces d’or n’est pas sans créer des tensions sur l’approvisionnement. Les fonderies-raffineries peinent à suivre la cadence de la demande. D’autant que certaines d’entre elles, notamment celles situées en Suisse à la frontière avec l’Italie,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 69% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.