L’assurance-vie ne profite pas du surplus d’épargne des Français

L’assurance-vie ne profite pas du surplus d’épargne des Français

L’assurance-vie ne profite pas du surplus d’épargne des Français

La crise boursière déclenchée par l’urgence sanitaire et le confinement a poussé les Français à moins cotiser.

Alors que le Livret A et les comptes courants ont fait le plein pendant deux mois, le placement préféré des Français a souffert.
Alors que le Livret A et les comptes courants ont fait le plein pendant deux mois, le placement préféré des Français a souffert. vetre – stock.adobe.com

L’épargne accumulée pendant le confinement – près de 55 milliards d’euros selon la Banque de France – n’a pas profité à l’assurance-vie. C’est même le contraire. Alors que le Livret A et les comptes courants ont fait le plein pendant deux mois, le placement préféré des Français a souffert. Déjà dans le rouge en mars, la collecte a été de nouveau négative en avril (-2,1 milliards d’euros). Les Français ont moins cotisé qu’habituellement (6,4 milliards d’euros souscrits contre 8,5 milliards prélevés).

Première raison du recul, les difficultés de souscription liées au confinement. «Les réseaux commerciaux ont dû se mettre à l’arrêt», souligne Philippe Poiget, délégué général de la Fédération française d’assurance (FFA). Les établissements bancaires, principaux distributeurs, ont tourné au ralenti pendant le confinement. Idem pour les assureurs disposant d’un réseau d’agences. Peu de clients se sont risqués à rencontrer leur conseiller pendant le shutdown. Les distributeurs internet de produits

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 47% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.