Ordres de Bourse : vous pouvez les annuler jusqu’à leur exécution

Ordres de Bourse : vous pouvez les annuler jusqu’à leur exécution

Ordres de Bourse : vous pouvez les annuler jusqu’à leur exécution

Ordres de Bourse : vous pouvez les annuler jusqu’à leur exécution

Ça n’est pas un secret : investir en Bourse n’est pas sans danger, loin de là. La volatilité sur les marchés financiers peut occasionner de lourdes pertes pour les épargnants qui n’arrivent pas à garder la tête froide, cèdent à la panique et soldent leurs positions lorsque les cours dévissent. Mais le risque est aussi présent au moment du passage d’un ordre d’achat ou de vente, comme l’explique le médiateur de l’Autorité des marchés financiers (AMF), Marielle Cohen-Branche, dans son dossier publié mercredi 3 novembre. Car passer un ordre d’achat au marché expose l’investisseur au risque d’acquérir les titres à un cours bien plus élevé qu’attendu. Et les dommages financiers peuvent être très importants.

>> Notre service – Testez notre comparateur de comptes-titres pour faire baisser vos frais de Bourse

Dans le cas étudié par le médiateur de l’AMF, un client avait passé deux ordres d’achat au marché, le 28 février 2020, pour des actions cotées sur Euronext Growth. Deux jours plus tard, il tente de se connecter à son espace bourse sur le site de son intermédiaire financier, sans succès du fait d’un problème technique. Il constate alors que le cours de l’action visée a bondi de 145% par rapport à la date de son ordre, soit à 25 euros. Conscient du risque, le client tente d’annuler ses ordres et contacte une conseillère qui lui explique ne pas avoir les accès requis pour saisir leur annulation. La cotation du titre étant suspendue jusqu’à 11h, il “a alors envisagé que ses ordres n’avaient pas été exécutés en raison de l’insuffisance de provision”, précise le médiateur. Mais le lendemain, c’est la douche froide : son solde apparaît débiteur de plus de 38.000 euros. Il comprend alors que les ordres ont été exécutés malgré son solde insuffisant. Comble de la situation : “Son intermédiaire financier lui a adressé un email l’enjoignant de combler le déficit sous peine de l’application de pénalités de retard.” Il contacte un conseiller de son établissement financier qui lui explique ne pouvoir annuler les ordres, une fois ces derniers envoyés au marché, l’enjoignant de céder ses titres afin de combler le découvert. Le client s’exécute… alors que les cours ont fortement baissé et vend ses 2.800 actions acquises au prix fort ainsi que la quasi-intégralité de son portefeuille pour remettre son compte-espèces (rattaché au compte-titres) dans le vert.

>> A lire aussi – Investir en Bourse : 6 critères pour bien choisir son courtier

“Des mauvaises surprises qui peuvent se révéler très préjudiciables”

Choqué, il prend alors contact avec le médiateur de l’AMF, arguant que s’il avait pu accéder à son espace client en ligne, ou joindre un conseiller, il aurait logiquement annulé ses ordres d’achat au vu des cours qui avaient explosé. Et demande par là même l’annulation de ses transactions. Contacté par le médiateur Marielle Cohen-Branche, l’établissement explique avoir contrôlé la provision disponible sur le compte-espèces, calculée au cours de clôture de 10,20 euros et augmentée d’une marge de précaution automatique fixée à 2%. “L’établissement a ajouté qu’au moment de la saisie des ordres, une alerte était affichée sur les risques importants de fluctuation de cours et de liquidités sur cette valeur”, fait savoir le médiateur. Surtout, le professionnel précise que “les ordres transmis au marché ne peuvent être annulés, conformément aux termes de l’article relatif aux caractéristiques des ordres, inclus dans ses conditions générales”, tout en niant avoir été contacté par le client malheureux. Le médiateur du gendarme de la Bourse tente alors de savoir “si, effectivement, un dysfonctionnement technique avait affecté le site internet et la plateforme téléphonique de l’intermédiaire financier”… et en obtient confirmation par la conseillère que le client avait contactée pour faire annuler ses ordres. Surtout, Marielle Cohen-Branche rappelle à l’établissement “qu’un ordre peut être annulé tant qu’il n’a pas été exécuté, comme précisé dans les Règles de marché d’Euronext.

>> A lire aussi – Bourse : 6 conseils pour investisseur paresseux

Ayez le bon réflexe

Confronté à ces éléments, l’établissement accepte finalement de rembourser l’intégralité du dommage occasionné à son client. Et si ce dernier a eu le bon réflexe en tentant d’annuler ses ordres – preuves à l’appui – avant qu’ils ne soient exécutés, tel n’est pas le cas de tous les investisseurs qui éviteraient pourtant “de mauvaises surprises qui peuvent se révéler très préjudiciables”.

>> Notre service – Investissez dans les cryptomonnaies (Bitcoin, Ethereum…) grâce à notre plateforme d’achat de vente en ligne partenaire

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.