Tarif du gaz : pour éviter les hausses des prochains mois, optez pour des prix bloqués

Tarif du gaz : pour éviter les hausses des prochains mois, optez pour des prix bloqués

Tarif du gaz : pour éviter les hausses des prochains mois, optez pour des prix bloqués

Tarif du gaz : pour éviter les hausses des prochains mois, optez pour des prix bloqués

Alors que les tarifs réglementés de vente (TRV) du gaz ont fondu de 25% depuis 2019, une nouvelle période d’inflation est en approche. Sur proposition de la Commission de régulation de l’énergie (CRE), le gouvernement a déposé un projet d’arrêté afin d’opérer ce que l’on appelle un “lissage”. Censés diminuer de 5,1% en juillet selon les modalités de calculs habituels, les TRV du gaz n’ont finalement baissé que de 0,5%. L’intérêt est simple : aplatir au maximum les montagnes russes de la courbe des TRV, du côté des baisses, comme du côté des hausses. Avec la reprise des cours du gaz, les TRV auraient en effet dû augmenter de 3%, puis de 6% en octobre et novembre 2020. Le processus de lissage permettra d’atténuer considérablement la hausse, à respectivement à 0,9 et 1,7%. Malgré cela, l’augmentation prévisionnelle sera régulière jusqu’en février 2021 pour atteindre 6% au total.

Afin d’éviter que la facture d’énergie n’augmente trop dans les mois à venir, il existe cependant un moyen simple appelé les tarifs fixes. Ils sont, avec les TRV et les offres indexées, le troisième grand type de contrat d’énergie pour le particulier. Ils préviennent les variations de facturation, en fixant les prix du kilowattheure (kWh) au moment de la souscription du contrat. Si auparavant, les clients devaient consentir à payer un kilowattheure plus cher que celui du TRV pour ce genre de contrat, la concurrence du marché a permis d’obtenir des prix beaucoup plus abordables pour le client. Chez Eni ou Vattenfall, le kWh est ainsi facturé entre 8 et 13% moins cher que celui d’Engie, tout en étant sans engagement.

>> Notre service – Notre sélection des 3 meilleures offres gaz du mois

Les économies s’effectuent donc dès le départ, mais aussi en cours de contrat. Pendant que les prix du gaz grimperont, les Français ayant souscrit l’offre seront mis à l’abris, avec un budget prévisionnel stable. Afin de bien mesurer l’ampleur des économies, Capital a fait appel au comparateur d’énergie Olawatt. Ce dernier a simulé l’évolution du TRV du gaz commercialisé par Engie jusqu’en février prochain, puis l’a comparé avec les offres à prix fixes de Vattenfall et Eni, mais aussi à l’offre indexée de Total Direct Energie. Dans un soucis de simplicité, tous les résultats incorporent les prix de la consommation et de l’abonnement, en supposant que ce dernier reste fixe durant les prochains mois. Les chiffres sont aussi exprimées hors taxe, paramètre qui n’est pas du ressort des fournisseurs. Finalement, les données obtenues sont sans ambiguïté : tous ces profils – utilisant le gaz pour leur chauffage, chauffe-eau et plaque de cuisson – sont gagnants.

Une famille avec 2 enfants vivant dans une grande maison dans la région de Lille verra très rapidement les effets d’une offre à prix fixe. Déjà de 10 euros par rapport à Engie en août, les économies grimperont progressivement pour atteindre presque 20 euros par mois en janvier. A noter que même l’offre indexée de Total Direct Energie n’est pas aussi attractive. Malgré les réductions substantielles offertes, ses tarifs suivent proportionnellement les tarifs d’Engie.

Pour un couple sans enfant vivant dans la région de Montpellier, et consommant moins de gaz, les économies sont elles aussi présentes, mais inférieures à celles d’une famille entière. Environ 4 euros dans les premiers mois d’abonnement, mais 8 euros en 2021.

Pour un célibataire, l’affaire, bien que lucrative, n’aura pas grandes conséquences sur ces finances. Au plus fort des économies, il bénéficiera de 4 euros de réduction par rapport aux tarifs d’Engie.

Les tarifs fixes sont un pari sur l’avenir

Avant de se lancer dans la souscription de telles offres, il convient de rappeler qu’à quelques exceptions près – notamment l’offre Astucio Eco d’Eni -, il ne sera pas possible non plus de profiter des baisses des TRV gaz. Ces offres à prix fixe – on citera celle de Wekiwi ou ekWateur, également présentes sur le marché – constituent une sorte de pari sur l’avenir et sont donc utiles avec un minimum de visibilité sur les marchés du gaz. A défaut, il est plus prudent d’opter pour des offres à tarifs indexés, qui permettent à coup sûr d’effectuer des économies par rapport à Engie. En tout cas, il faudra faire votre choix dans les 2 années qui viennent, les TRV du gaz étant amenés à disparaître au 1er janvier 2023.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.