une fiscalité bien peu favorable aux femmes

une fiscalité bien peu favorable aux femmes

une fiscalité bien peu favorable aux femmes

NOS CONSEILS – Le prélèvement à la source et l’imposition des pensions alimentaires pénalisent les femmes davantage que leur compagnon. Comment éviter d’être trop perdante?

Le constat est sans appel: les écarts de revenus entre les hommes et les femmes sont plus marqués lorsqu’ils vivent en couple. Elles gagnent 42 % de moins que leur conjoint, alors que cet écart n’est que de 9 % entre les femmes et les hommes célibataires (Insee Première n° 1492, mars 2014). Or, depuis la mise en place du prélèvement à la source, l’impôt est prélevé sur les revenus de chaque époux (ou de chaque partenaire de pacs) sur la base d’un taux unique, celui du foyer fiscal.

Ce dernier tient compte des revenus de l’autre. «Celui qui a les revenus les plus faibles, la femme dans la majorité des cas, est taxé à un taux supérieur à celui qu’il aurait supporté s’il avait été imposé séparément» explique Lise Chatain, maître de conférences à l’université de Montpellier. Conséquence: son revenu net est inférieur à celui qu’il aurait perçu s’il avait été imposé séparément. Cela n’est pas un problème pour les couples qui mettent tous leurs revenus en commun, mais cela peut le devenir lorsque

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 83% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.