la tentation d’une nouvelle hausse pour les «plus aisés»

la tentation d’une nouvelle hausse pour les «plus aisés»

la tentation d’une nouvelle hausse pour les «plus aisés»

Rétablissement de l’ISF, contribution des plus riches, nouvelle tranche supérieure d’impôts… Les idées fusent pour faire payer les Français les plus fortunés.

Faut-il rétablir l’impôt sur la fortune? C’est la question que se pose le gouvernement à l’heure où la dette, avec la crise du coronavirus, s’accentue.
Faut-il rétablir l’impôt sur la fortune? C’est la question que se pose le gouvernement à l’heure où la dette, avec la crise du coronavirus, s’accentue. ARNAUD ROBIN/LE FIGARO MAGAZINE

Depuis un mois, Édouard Philippe et tous les ministres de son gouvernement martèlent inlassablement le même message. Les dizaines, voire centaines, de milliards d’euros de dépenses publiques liées à la crise ne seront pas remboursées par des hausses d’impôt. Pour régler la facture colossale, l’exécutif table sur un triptyque à ses yeux plus efficace: monétisation de la dette, solidarité européenne et retour de la croissance. Économiquement, le raisonnement est carré. Une augmentation socialement acceptable de la fiscalité, c’est-à-dire réservée aux «plus aisés», ne suffirait pas à régler la question de la dette publique et affaiblirait la croissance.

Si la démonstration a le mérite de la rationalité, elle ne fait pas rêver. Or après huit semaines de confinement et presque trois de déconfinement, l’heure est à l’imagination. Tribunes après tribunes, interviews après interviews, économistes, intellectuels, politiques… appellent à la construction d’un monde nouveau, plus vert, moins inégal,

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.