Les nouveautés de la loi de finance 2020

Les nouveautés de la loi de finance 2020

Impôt sur le revenu global

Les limites des tranches du barème de l’impôt sur les revenus de 2019 et les seuils associés sont revalorisés de 1 %. Pour les revenus de 2020, le barème de l’impôt est d’ores et déjà fixé. Une baisse d’impôt est accordée aux foyers les plus faiblement imposés via une réduction de 14 à 11 % du taux de la deuxième tranche de ce barème et un aménagement de la décote. Les prélèvements à la source opérés à compter du 1er janvier 2020 tiennent compte de cette baisse d’impôt (art. 2).

Les contribuables pour lesquels l’administration dispose des informations nécessaires à l’établissement de leur impôt sur le revenu auront la possibilité de remplir leurs obligations déclaratives par validation tacite de ces informations (art. 155).

Sont désormais considérés comme étant domiciliés en France, les dirigeants exerçant des fonctions exécutives, dans des entreprises dont le siège est situé en France et qui y réalisent un chiffre d’affaires annuel supérieur à 250 millions d’euros (art. 13).

Réductions et crédits d’impôt

La réduction d’impôt « Madelin » est mise en conformité avec le droit européen : le taux bonifié applicable au titre des souscriptions de parts de FIP situés en Corse et outre-mer réalisées à compter du 1er janvier 2020 est abaissé et le régime dérogatoire prévu pour les entreprises solidaires perd une partie de sa spécificité. En contrepartie, la période d’application du taux majoré de la réduction est prorogée d’un an (art. 137).

Le CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique) est prorogé d’un an pour les ménages aux revenus intermédiaires, son champ de dépenses est modifié et il est instauré un barème forfaitaire d’impôt par type de dépenses. Les ménages les plus modestes bénéficieront d’une prime de transition énergétique versée dès la réalisation des travaux (art. 15).

Impôts locaux

La taxe d’habitation sur les résidences principales va progressivement être supprimée. Alors que le dégrèvement sous condition de revenus est renforcé à compter de 2020, les contribuables qui n’en bénéficient pas seront exonérés de la taxe à hauteur de 30 % en 2021 et de 65 % en 2022. A compter de 2023, la taxe d’habitation sera totalement supprimée sur les résidences principales, quels que soient les revenus des contribuables. Elle subsistera pour les autres locaux (art.16).

La révision des évaluations foncières des locaux d’habitation est reportée à 2026. Basée sur les loyers constatés au 1er janvier 2023, elle est assortie d’une procédure de mise à jour permanente. La procédure applicable aux locaux professionnels, qui est alignée sur cette dernière, s’en trouve simplifiée dès 2020 (art. 146).

 

Si vous avez aimé cet article, partagez le !
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.