Les SCPI restent une solution d’épargne souple pour investir dans l’immobilier

Les SCPI restent une solution d’épargne souple pour investir dans l’immobilier

Les sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) résistent à la crise économique liée au coronavirus.

Malgré une baisse prévisible de la collecte au 1er semestre 2020, une accélération du rythme des souscriptions a été constatée dès le mois de juin. Selon les prévisions, le rendement moyen des SCPI françaises devrait dépasser 4 % en 2020 (1). Ces bonnes performances témoignent de la résilience et du dynamisme du marché de la pierre-papier.

Le principe de la SCPI est simple : un investisseur – particulier ou institutionnel – achète des parts d’une société réglementée détenant un portefeuille immobilier dont la gestion est confiée à une société de gestion agréée par l’Autorité des marchés financiers (AMF). Grâce aux loyers perçus, la SCPI verse aux associés des dividendes en contrepartie de son investissement*.

En transférant la gestion du patrimoine immobilier à une société spécialisée rémunérée pour ses missions, la SCPI jouit de nombreux attraits. Ce placement à long terme permet aux épargnants de bénéficier des atouts de l’immobilier, valeur refuge prisée par les Français, sans les contraintes de gestion engendrées par un investissement locatif traditionnel en direct. Voici les avantages d’une solution d’épargne qui a toujours le vent en poupe !

Un placement flexible et ouvert au plus grand nombre

Contrairement à l’immobilier résidentiel classique, les SCPI permettent de se constituer un patrimoine avec un budget limité. Grâce au système de parts, cet investissement dans la pierre-papier ne nécessite pas de capital de départ élevé. Il est accessible à partir de quelques centaines d’euros et s’adapte aux capacités financières de chacun.

Les différents types de SCPI existant sur le marché – rendement, défiscalisation, valorisation – poursuivent divers objectifs pour l’épargnant : perception de revenus complémentaires, réductions d’impôts, réalisation d’une plus-value à la revente… Cette souplesse répond aux besoins de nombreux profils d’investisseurs. Elle permet, selon les attentes, de diversifier son allocation d’actifs, de faire fructifier son épargne*, d’optimiser sa fiscalité ou encore de préparer sa retraite.

Envisager son investissement sans aucune contrainte de gestion

La taille du patrimoine immobilier détenu par la SCPI mutualise le risque sur un grand nombre de biens. La défaillance éventuelle d’un locataire est diluée par des dizaines, voire par des centaines d’autres. Cette diversification est d’autant plus efficace que, selon le périmètre de la SCPI et sa stratégie d’investissement, les immeubles sont répartis dans des zones géographiques ou sur des classes d’actifs variées : bureaux, commerces, logements, hôtellerie, éducation, santé, maisons de retraite…

En plaçant leur épargne dans une SCPI, les investisseurs confient la gestion de leur patrimoine à une société spécialiste. Primonial REIM, leader du marché des SCPI, en charge de la gestion d’un patrimoine dont la capitalisation est supérieure à 7 milliards d’euros, s’occupe de l’acquisition et de l’entretien des biens immobiliers de 7 SCPI et pour le compte de leurs 70 000 épargnants. La société gère également la recherche des locataires et le versement des loyers. Cette absence de contrainte de gestion pour l’investisseur se conjugue à des facilités lors de la revente. En cas de nécessité et dès lors qu’il existe des souscriptions, l’associé peut céder seulement une partie des parts de sa SCPI, contrairement à un bien immobilier classique qui doit être vendu intégralement.

De bonnes performances malgré la crise

Autre argument de poids des SCPI pour séduire les investisseurs : leur rendement. Sur les 30 dernières années, les SCPI n’ont jamais connu une rentabilité moyenne inférieure à 4 %[1]. En 2019, leur taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) moyen s’élevait à 4,40 %.

Malgré la crise sanitaire et les difficultés rencontrées par certains locataires pour honorer leurs échéances, les perspectives demeurent optimistes pour 2020. À titre d’exemple, les effets de la crise sur la distribution de dividendes devraient rester limités pour les SCPI du groupe Primonial REIM. Sur l’ensemble de l’année 2020, la société prévoit de distribuer un complément de revenus régulier à chaque associé, le tout sans impact négatif sur la valeur des parts de ses SCPI.

Cette crise sans précédent révèle la résilience des SCPI sur le premier semestre. Non cotées sur les marchés financiers, elles bénéficient d’une volatilité plus faible que de nombreux autres placements tout en assurant des niveaux de rentabilité intéressants. Autant d’atouts qui devraient leur garantir un bel avenir !

*Comme tout placement immobilier, il existe un risque de perte en capital dû à l’évolution des marchés immobiliers et des cours de devises. Les revenus ne sont pas garantis, ils peuvent varier à la hausse comme à la baisse en fonction de la performance du fonds. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.