Prêt immobilier : quel produit d’épargne pour constituer l’apport ?

Prêt immobilier : quel produit d’épargne pour constituer l’apport ?

Pour bénéficier d’un prêt immobilier dans les meilleures conditions tarifaires possibles, il est vivement recommandé de constituer un apport. Plusieurs produits d’épargne le permettent aux côtés des incontournables PEL et CEL.

Constituer un apport avec le PEL et le CEL, la bonne idée

Le Plan Épargne Logement – PEL – est un produit d’épargne typiquement adapté à la constitution d’un apport. Pourquoi ? Car en le conservant pour une durée au moins égale à quatre années, il permet d’emprunter un montant maximum de 92 000€ au taux attractif de 2,20 %. Aussi, il ouvre droit à une prime de l’État de 1 000€ dès 5 000€ d’emprunt voire à une prime de 1 525€ dès lors que le logement répond aux normes de haut niveau de performance énergétique. Les autres règles de fonctionnement du PEL  : un versement initial de 540€ est requis pour un plafond hors intérêts de 61 200€. Le Compte Épargne Logement – CEL – est également un produit d’épargne idéal dans le cadre d’un apport. Il se distingue du PEL par son accessibilité puisque un versement initial de 300€ est seulement requis. Outre son plafond relativement bas – 15 300€ hors intérêts – et une rémunération nette assez faible – 0,50 % -, il permet également d’emprunter jusqu’à 23 000€ à un taux de 2 %. Il faut pour cela que le CEL soit détenu durant au moins 18 mois et que 75€ d’intérêts au minimum aient été générés.

Les livrets bancaires : Livret A, LDD, CSL, LEP

Les livrets d’épargne bancaires traditionnels sont d’excellents outils pour constituer un apport. C’est d’ailleurs le choix auxquels procèdent de nombreux emprunteurs. Le Livret A de même que le Livret de Développement Durable – LDD – ou encore le Compte sur Livret – CSL – sont autant d’outils d’épargne qui affichent des plafonds et des niveaux de rentabilité différents et qui demeurent des solutions très intéressantes dans une optique de prêt immobilier.  Les taux du livret A et du LDD sont actuellement de l’ordre de 0,75 % avec un plafond de 22 950€ pour l’un tandis que le LDD est plafonné à 12 000€. S’il affiche un taux moindre, de l’ordre de 0,20 %, le CSL présente cependant comme intérêt de ne pas être plafonné. Le Livret d’Épargne Populaire – LEP – affiche quant à lui une rentabilité plus attractive, à 1,25 % pour un plafond maximal de 7 700€ hors intérêts capitalisés.

L’assurance-vie, une autre possibilité

Le placement préféré des Français peut tout à fait être utilisé en guise d’apport. Attention toutefois à conserver l’assurance-vie pour une durée d’au moins huit années, faute de quoi la fiscalité sur les gains est élevée. Mais passée cette période, seuls les prélèvements sociaux sont dus. L’assurance-vie présente comme intérêt d’afficher un taux brut annuel compris entre 2 % pour les fonds en euros et plus de 5 % voire plus encore pour les unités de comptes. Autre point très fort : aucun plafond n’est fixé.PEL, CEL, Livrets bancaires et assurance-vie… les produits d’épargne pour constituer un apport dans le cadre d’un prêt immobilier ne manquent pas.

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.