les clés pour bien investir en 2019

les clés pour bien investir en 2019

Quels placements privilégier lorsque l’on veut épargner sans risque ? L’épargne retraite redevient-elle attractive ? Comment réussir son investissement en immobilier ? Quelles sont les bonnes méthodes pour investir sur les marchés actions ? Voici les clés pour prendre les meilleures décisions pour votre épargne et votre patrimoine.

Les placements sans risque

Les rendements proposés par les placements sans risque sont inférieurs à 1 %. Seuls les fonds en euros résistent.

Livret A et Livret de développement durable et solidaire (LDDS)

  • Rémunération : bloquée à 0,75 % jusqu’en 2020 par le gouvernement. Leurs rendements sont donc inférieurs à l’inflation (1,8%).
  • Caractéristiques : versements libres. Épargne disponible à tout moment et non fiscalisée. Application d’un plafond de versement. Capital garanti.

→ Plan d’épargne logement (PEL)

  • Rémunération : 1 % brut (0,70 % net).
  • Caractéristiques : épargne plafonnée (61 200 €). Obligation de versement annuel (540 € minimum). Tout retrait avant 4 ans empêche de bénéficier pleinement des avantages du PEL et entraîne sa clôture. Capital Garanti.

Fonds en euros

  • Rémunération : 1,6 % en moyenne en 2018. Les meilleurs sont supérieurs à l’inflation (1,8 %). Les assureurs disposent de réserves, évaluées en moyenne à 4 % de performance, qui leur permettront de lisser la performance de leurs contrats. Ces réserves garantissent aux épargnants une stabilité des rendements dans le temps.
  • Caractéristiques : Capital garanti. Épargne disponible à tout moment. Fiscalité de l’assurance-vie.

Réglementation : pas de changement majeur attendu en 2019 pour l’assurance-vie. La fiscalité avantageuse sur les retraits et la transmission est préservée. La Loi Pacte devrait soutenir le développement du fonds eurocroissance, situé à mi-chemin entre le fonds en euros et les unités de compte.

L’Immobilier

Les prix de l’immobilier ont sérieusement grimpé ces dernières années. Il conviendra donc d’être sélectif dans le choix de vos investissements.

Les risques de l’investissement immobilier locatif

Investir dans l’immobilier est un bon moyen de se constituer des revenus complémentaires. Mais la gestion d’un logement n’est pas de tout repos :

  • dépendance financière à la location du bien détenu ;
  • travaux à réaliser régulièrement ;
  • risques de vacances locatives et de loyers impayés ;
  • placement peu liquide (plusieurs mois nécessaires pour vendre un bien).

Les avantages de l’investissement en SCPI

Pour éviter les écueils de l’immobilier en direct, vous pouvez acquérir des parts de SCPI. Ces sociétés gérées par des professionnels aguerris vont s’occuper de la gestion et de la valorisation d’un parc immobilier diversifié. Principaux avantages :

  • absence de souci de gestion ;
  • accès à l’immobilier tertiaire (bureaux, commerces) ;
  • montant de l’investissement adapté à vos capacités financières ;
  • revenus réguliers et rendements séduisants (4,4 % en moyenne) ;
  • possibilité d’une acquisition en démembrement de propriété.

Des crédits toujours attractifs

Les taux d’intérêts demeurent à des niveaux historiquement bas. Le crédit peut s’avérer être une stratégie payante pour faire l’acquisition de parts de SCPI, avec la possibilité :

  • de se constituer un patrimoine avec un effort d’épargne réduit (emprunt rembourse en partie les loyers distribués par la SCPI) ;
  • d’acheter sans mobiliser un capital ;
  • de déduire les intérêts d’emprunts de ses revenus fonciers ;
  • de choisir entre un crédit amortissable ou in fine.

Réglementation : les biens immobiliers (en direct ou en SCPI) sont concernés par l’impôt sur la fortune immobilière (IFI). Dans le cadre de la loi de finances pour 2019, le législateur a créé un nouveau dispositif d’investissement immobilier locatif baptisé « Denormandie ». Celui-ci ouvre droit à une réduction d’impôt pour ceux ayant réalisé des travaux évalués à au moins 25 % du coût total d’acquisition du logement.

Attention : l’investissement en SCPI est un investissement de long terme (8/10 ans minimum recommandé) qui présente un risque de liquidité lors de la revente des parts et un risque de perte en capital. Ni le capital ni le rendement ou versement des loyers ne sont garantis.

L’épargne retraite

Si le contrat Madelin retrouve tout son intérêt, le Perp subit les conséquences d’une disposition « anti-optimisation » votée par les députés dans le cadre de l’année blanche.

 Le contrat Madelin

Cette année, vous pouvez profiter sans contrainte de l’ensemble des avantages du contrat Madelin :

  • réservé aux travailleurs non-salariés (TNS) ;
  • sommes versées entièrement déductibles de votre revenu imposable (maximum de 74 696 € pour 2019) ;
  • versement de revenus complémentaires à partir de votre départ en retraite.

Le Perp

Craignant de voir les épargnants se détourner massivement du Perp en 2018, le législateur a mis en place une disposition « anti-optimisation » pour les contraindre à maintenir leur versement.

En conséquence, vos versements effectués en 2019 seront entièrement déductibles de vos revenus si vous êtes dans l’un des cas suivants :

  • vous avez versé en 2018 au moins autant qu’en 2017 ;
  • vous n’avez pas versé en 2017 ;
  • vous avez ouvert votre premier Perp en 2019.

Autrement, seule la moyenne des versements 2018 et 2019 sera déductible.

Si votre conjoint ou partenaire pacsé n’a pas alimenté son Perp en 2017, vous pouvez profiter de la « mutualisation des plafonds » pour effectuer des versements sur son contrat en 2019 et ainsi bénéficier d’une totale déductibilité.

Réglementation : la Loi Pacte devrait être votée au cours du 1er semestre 2019. Les mesures pourraient s’appliquer à partir de 2020. Les changements apportés concerneraient les anciens et nouveaux contrats. La Loi prévoit de réformer en profondeur l’épargne retraite en lui apportant plus de souplesse (sortie en capital autorisée, harmonisation des conditions de sorties anticipées …).

L’investissement en actions

2018 aura été marquée par le retour de la volatilité. Les principaux indices boursiers mondiaux ont clôturé l’année dans le rouge. Le CAC 40 cédait près de 11 % tandis que le Dow Jones perdait 6 %. La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis et le regain du populisme en Europe (Italie, Brexit, France) inquiètent toujours les investisseurs. Mais, comme le montre le mois de Janvier, des opportunités peuvent exister. Il faudra cependant composer avec une volatilité toujours élevée. Voici nos conseils :

Diversifiez vos investissements

La diversification est la règle d’or pour réussir ses investissements. Optez donc pour des fonds (OPCVM) pilotés par des gérants professionnels capables de repérer les valeurs les plus prometteuses.

Panachez ensuite vos investissements sur plusieurs :

  • classes d’actifs (actions, obligations, Or …) ;
  • secteurs d’activité (Industrie, Technologie, Immobilier …) ;
  • styles (Value, Growth…) et stratégies de gestion (produits structurés, performance absolue, Long/Short…) ;
  • zones géographiques (Europe, Asie, États-Unis…).

→ Lissez vos investissements dans le temps

Pour ceux qui souhaiteraient entrer aujourd’hui sur les marchés, nous leur déconseillons fortement d’investir l’intégralité de leur capital d’un coup. Le risque étant de se positionner au plus mauvais moment, et de subir de plein fouet une éventuelle baisse des marchés.

il est conseillé de réaliser des versements programmés :

  • le capital est investi au fil de l’eau ;
  • Quand la bourse monte : la valeur des titres détenus progresse mais vous en achetez moins ;
  • Quand les marchés baissent : les titres détenus perdent de la valeur mais, en parallèle, vous achetez de nouveaux titres à un prix unitaire plus faible.

Réglementation :– la loi de finances pour 2019 a adouci la fiscalité du plan d’épargne en actions (PEA et PEA-PME). Les rachats sur les contrats de moins de 5 ans sont désormais imposés à la flat tax (30 %) ;- le projet de loi Pacte prévoit que le PEA ne serait plus clôturé en cas de retrait après 5 ans. Il y aurait simplement un blocage des nouveaux versements. Un retrait réalisé après 8 ans ne devrait plus entraîner de blocage.

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Ces articles pourraient également vous intéresser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.