attention au mythe du tout-gratuit

attention au mythe du tout-gratuit

attention au mythe du tout-gratuit

NOS CONSEILS – Disponibles sur smartphone, de nouveaux courtiers multiplient les innovations et donnent accès à la Bourse à prix plancher. Mais attention aux frais, parfois cachés dans les détails.

Il y a plus de 20 ans, les courtiers en ligne ont démocratisé l’investissement en Bourse en cassant les prix. Ils se font désormais concurrencer par une nouvelle génération d’acteurs, souvent qualifiés de néocourtiers ou néobrokers. «Comme les néobanques, ils proposent des services simplifiés à des tarifs agressifs reposant surtout sur des applications mobiles», résume Catherine Nini, directrice générale de Bourse Direct, l’un des pionniers du courtage en ligne, lancé dès 1996. À lire un peu rapidement leurs pages de présentation, on pourrait même croire qu’ils sont gratuits. Attention: les néocourtiers ne sont pas des philanthropes, mais ont des modèles différents de leurs précurseurs.

Les ordres sur actions y ont souvent une tarification fixe (généralement à 1 €), plutôt qu’au pourcentage. Dans certains cas, l’ordre peut même être gratuit, comme l’offre «Zero» de Bux. «Les ordres passés au long de la journée sur un titre sont agrégés et exécutés en fin de séance», indique Yorick Naeff…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 78% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.