ces acteurs réglo sur des secteurs sulfureux

ces acteurs réglo sur des secteurs sulfureux

ces acteurs réglo sur des secteurs sulfureux

NOS CONSEILS – Diversifier son patrimoine dans des actifs bien réels peut s’avérer tentant. Encore faut-il savoir où investir et les gains qu’on peut espérer en retirer.

Il ne se passe pas une semaine sans que vous receviez par mail ou que vous voyiez passer sur les réseaux sociaux une publicité pour investir et faire fortune dans les diamants, les terres rares ou les cheptels bovins. À croire que le secteur est sans risque et que n’importe quel acteur peut s’improviser spécialiste dans ces actifs «atypiques». Mais la réalité est tout autre. Seuls six intermédiaires sont aujourd’hui autorisés à proposer au grand public de tels placements, avec une promesse de rendement à la clé. Le choix s’avère donc limité. Tous affichent un lien avec la terre ou l’agriculture puisqu’il s’agit d’investir dans des cheptels bovins laitiers, des arbres ou du vin. Cette poignée d’intermédiaires en «biens divers» – selon le terme consacré – sont les seuls à avoir enregistré leur offre auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF), le gendarme de la Bourse qui a aussi pour mission de protéger les épargnants. Sans cet enregistrement préalable, impératif depuis 2016 et la…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.