Cette Sofica veut limiter le risque de la défiscalisation dans le cinéma grâce à Mediawan

Cette Sofica veut limiter le risque de la défiscalisation dans le cinéma grâce à Mediawan

Cette Sofica veut limiter le risque de la défiscalisation dans le cinéma grâce à Mediawan

Cette Sofica veut limiter le risque de la défiscalisation dans le cinéma grâce à Mediawan

Vous souhaitez défiscaliser une partie de vos revenus tout en finançant le cinéma français ? Le lancement d’Entourage Sofica, dernière née des sociétés de financement de l’industrie cinématographique et de l’audiovisuel (Sofica) pourrait vous intéresser. Cet acteur dispose en effet d’un atout de taille puisqu’il bénéficie d’un partenariat avec le géant européen de la production audiovisuelle, Mediawan. La société Entourage Gestion a fait appel au groupe cofondé par Pierre-Antoine Capton, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, pour intervenir en tant que société exclusive d’adossement pour Entourage Sofica. Un argument de poids pour la nouvelle Sofica, distribuée en exclusivité auprès du grand public par la plateforme d’épargne en ligne Linxea, aux conseils en gestion de patrimoine (CGP) avec la Financière d’Orion et à la clientèle privée de la Banque Hottinguer.

>> Notre service – Testez notre comparateur d’Assurances vie

Un investissement risqué

Les investissements adossés d’Entourage Sofica le sont à 100% auprès de Mediawan. Et alors ? Si l’importance de cette information vous échappe, un petit complément d’information sur les Sofica s’impose. Pour rappel, ces sociétés, agréées par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) et la Direction générale des finances publiques (DGFiP) ont pour mission de financer le cinéma français : elles “constituent un instrument de politique publique en faveur du cinéma et de l’audiovisuel essentiel au soutien à la production”, explique la charte des Sofica au titre de la collecte 2021. Pour mener à bien cette mission, elles collectent des fonds auprès des investisseurs particuliers, au total 73 millions d’euros pour la campagne 2021-2022 répartis entre 12 Sofica. L’investissement dans le cinéma ou les séries étant tout sauf un placement sécurisé – les échecs sont plus nombreux que les succès -, une réduction d’impôt de 48% est accordée aux souscripteurs en contrepartie du risque encouru. Malgré cet avantage fiscal de taille, certaines Sofica ont par le passé délivré une performance négative… Un fait assez rare, tout de même, alors que la moyenne des taux de rendement interne (TRI) du marché oscille chaque année entre 2% et 3%.

>> A lire aussi – Défiscalisation : toutes les solutions pour réduire votre impôt d’ici la fin de l’année

Pour sécuriser leurs investissements et la mise des souscripteurs, les Sofica disposent toutefois d’une arme d’importance : les investissements adossés. Elles peuvent en effet convenir d’une garantie de rachat à un prix et un terme fixés à l’avance avec une société de production. En d’autres termes, même en cas d’échec d’un film, l’accord d’adossement permet à la Sofica de récupérer 100% de sa mise (ni plus, ni moins) auprès de son partenaire. Problème : “Par le passé, certaines Sofica ont été adossées à des acteurs fragiles”, selon Alexandra Reveyrand-de Menthon, directrice des opérations d’Entourage Sofica. Conséquence : certaines n’ont pas pu récupérer les montants convenus et ont ainsi affiché des performances plus que décevantes. Rien de tout cela au programme d’Entourage Sofica, qui compte sur la puissance financière de Mediawan (près d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires annuel) pour sécuriser ses investissements. Tout du moins une partie…

>> Notre guide complet de l’impôt. Comment déclarer ses revenus ? Comment réduire sa facture fiscale via des placements ? Que faire en cas de contrôle de l’administration ?

Un objectif de rendement 4 à 5% par an

Car l’adossement à Mediawan ne concerne “que” 35% des investissements d’Entourage Sofica. Ajoutez-y 20% de contrats liés au développement de films, c’est-à-dire le financement de l’écriture du scénario, eux aussi garantis par le producteur, et vous obtenez ainsi 55% des investissements qui ne dépendent pas du succès commercial des films. Le solde de 45%, réparti entre la production (30%) et la distribution (15%) est quant à lui soumis au risque d’échec de l’œuvre.

>> A lire aussi – Sofica : un investissement risqué qui peut rapporter gros en cas de succès en salle

Selon les projections les plus noires d’Entourage Sofica, en prenant en compte les 48% d’avantage fiscal et en tablant sur le fait que les investissements non adossés soient totalement perdus, le souscripteur n’aura récupéré que 85% de sa mise. Un scénario bien évidemment improbable selon Hubert Caillard, avocat spécialisé dans l’audiovisuel et cofondateur de la Sofica, qui table sur un TRI (rendement) cible de 4% à 5% par an, avantage fiscal inclus. Cet objectif pourrait être atteint en partie grâce à un positionnement fort d’Entourage Sofica sur la distribution de films (campagnes d’affichage, avant-premières, tournée en province…), à hauteur de 15% de ses investissements, soit le maximum autorisé par le Centre national du cinéma qui a rendu possible ce type d’investissement aux Sofica en 2021. Un autre atout pour la Sofica, selon son cofondateur Julien Delajoux, qui précise qu’Entourage Ventures, la société d’investissement qu’il a également cofondée, “investit aux côtés de Gaumont depuis plusieurs années et bénéficie déjà d’une expertise forte dans le domaine de la distribution cinématographique”. Et avec succès, puisqu’Entourage Ventures justifie d’un TRI compris entre 7% et 10% par an depuis sa création en 2015.

“Pas un placement pour doubler sa mise”

Une expertise, un adossement à un géant du cinéma, un risque non négligeable… Mais à qui s’adresse la souscription de parts d’Entourage Sofica ? Tout d’abord à un investisseur qui dispose de 5.000 euros, montant du ticket d’entrée (qui inclut des frais totaux de 15% TTC sur 6 ans). Mais aussi à celui qui n’a pas besoin de ce capital immédiatement, la durée minimale de conservation des titres étant fixée à 5 ans pour conserver le bénéfice de l’avantage fiscal. Pour rappel, la réduction d’impôt accordée, de 48%, l’est en une seule fois, et dans la double limite de 25% du revenu du foyer fiscal et de 18.000 euros, pour un avantage maximal de 8.640 euros. Surtout, il faut agir avant le 31 décembre 2021 pour obtenir une réduction d’impôt dès cette année. Et le tout, sans espérer des rendements stratosphériques : “C’est un placement de bon père de famille, pas d’un produit pour doubler sa mise”, prévient Hubert Caillard.

>> Notre guide complet de l’impôt. Comment déclarer ses revenus ? Comment réduire sa facture fiscale via des placements ? Que faire en cas de contrôle de l’administration ?

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.