«Cryptomonnaies: l’heure des questions existentielles»

«Cryptomonnaies: l’heure des questions existentielles»

«Cryptomonnaies: l’heure des questions existentielles»

Aujourd’hui, les cryptomonnaies servent très peu à payer. LP/WESTOCK – stock.adobe.com

ANALYSE – Ces dernières années, les cryptomonnaies ont davantage servi à spéculer qu’à développer un nouvel usage. Seront-elles bientôt reléguées au magasin des objets spéculatifs oubliés?

L’explosion de la bulle des cryptomonnaies oblige à se poser une question majeure: est-ce une crise de jeunesse comme cela a été le cas en 2000 avec internet? Ou est-ce une crise spéculative comme celle des subprimes en 2008 ou des junk bonds des années 1990? Dans le premier cas, l’actif sous-jacent reste promis à un bel avenir. Dans le second, il sera relégué au magasin des objets spéculatifs oubliés.

L’heure est à une interrogation existentielle. Pour ses défenseurs, la cryptomonnaie est l’avenir de la finance décentralisée, basée sur un protocole informatique inviolable et débarrassée de toute tentative de manipulation étatique. La vision de Satoshi Nakamoto, le mystérieux créateur du bitcoin, balayerait les théories classiques de la monnaie, de Milton Friedman à John Maynard Keynes. Mais cela ne revient-il pas à remplacer la notion indispensable de confiance dans la monnaie par une notion plus aléatoire de croyance dans les cryptomonnaies?

Revenons à la base. La monnaie répond à trois…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 70% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.