La Poste accusée de faire des "bénéfices sur les chômeurs"

La Poste accusée de faire des « bénéfices sur les chômeurs »

La Poste accusée de faire des « bénéfices sur les chômeurs »

La Poste accusée de faire des "bénéfices sur les chômeurs"

« On préfèrerait tous être à Pôle emploi ». Ces mots résument en quelque sorte l’exaspération et la frustration d’anciens postiers interrogés par RMC qui ne décolèrent pas face à leur ancien employeur. En effet, ils sont des centaines à subir les retards ou les non-paiements de leurs allocations chômages. Car oui, cela est une spécificité, mais c’est bien La Poste qui gère son propre système de chômage, comme l’explique à nos confrères Claude Quinquis, délégué CGT de La Poste. « Elle ne paie pas de cotisations chômage. On peut même dire qu’elle fait des bénéfices sur les chômeurs », accuse-t-il. À tel point selon lui que certains CDD n’osent plus demander leurs indemnités. « C’est de l’argent gagné pour La Poste », ajoute-t-il.

Ce constat réalisé par le délégué CGT est nourri par la colère de ces anciens salariés, réunis aujourd’hui dans un groupe Facebook connu sous le nom de « Les victimes du système chômage de LA POSTE ». Fort de 750 membres aujourd’hui, il réunit des gens qui sont parfois aux abois et qui ne peuvent plus payer leurs factures puisqu’ils ne reçoivent plus l’argent que La Poste leur doit. « Depuis deux ans, je ne sais jamais quand je vais être payé. Je suis la seule à avoir des revenus, mon mari est père au foyer », dénonce Aline Balluet sur RMC. « Avec deux enfants à charge, je fais comment pour les nourrir ? », questionne celle qui « préfèrerait être à Pôle emploi ».

Action en justice

Pour d’autres, la situation est encore plus compliquée puisqu’ils sont menacés d’expulsion parfois, sans allocations depuis sept à huit mois. Une femme interrogée par nos confrères attend 3.000 euros de La Poste. Mais on lui demande un document qu’elle ne peut pas fournir. Celui-ci doit préciser qu’elle a travaillé pour un autre établissement à une période donnée alors qu’elle était à La Poste. « J’ai les factures qui s’enchaînent, je ne peux plus payer les loyers ni la cantine de mes filles », avoue-t-elle. Réponse de son interlocuteur : « Ça ne m’empêchera pas de dormir ». Alors, ils ont tous décidé d’engager une avocate spécialisée et surtout de monter une action de groupe en justice.

Du côté de La Poste, qui a refusé toute interview auprès de RMC, on se contente d’un communiqué assurant que « La Poste améliore continuellement la prise en charge des situations individuelles », citant en particulier le renforcement des équipes, la digitalisation des dossiers ou l’adaptation de l’accueil téléphonique. Et surtout que « la prise en charge des situations individuelles intervient dans les 24 heures suivant l’arrivée des dossiers, et pour les dossiers complets, une mise en paiement est effective dans les jours qui suivent ». Visiblement, les anciens salariés de La Poste ne sont pas de cet avis.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.