L’assurance-vie se veut plus durable

L’assurance-vie se veut plus durable

L’assurance-vie se veut plus durable

L’assurance-vie propose désormais aux épargnants de donner plus de sens à leurs placements. C’est même une obligation depuis l’entrée en vigueur de la loi Pacte en 2020.

L’investissement socialement responsable (ISR) occupe aujourd’hui une place de plus en plus importante dans l’épargne financière des Français. À compter du mois d’octobre 2022 et en application des directives européennes MIF 2 (marchés d’instruments financiers) et DDA (directive distribution en assurance), les intermédiaires financiers devront même «explicitement interroger les épargnants sur leurs préférences extrafinancières avant tout conseil d’investissement, notamment au regard des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance)», rappelle Swan Ta-Ly, directrice générale de Selfepargne Global Capital. Bien évidemment, la prise en compte de ces préférences s’appliquera également à la souscription d’un contrat d’assurance-vie.

Concrètement, «cela se matérialisera pour les intermédiaires financiers, dans l’exercice de leur devoir de conseil, par la prise en compte des préférences en matière de finance durable d’un client ou prospect pour intégrer ou non ce type d’investissement…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 85% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.