Le Covid a dopé l’assurance-vie en ligne

Le Covid a dopé l’assurance-vie en ligne

Le Covid a dopé l’assurance-vie en ligne

De nouveaux acteurs en ont profité. Mais les banques et les assureurs traditionnels s’adaptent.

Frais réduits, interface léchée, souscription facile depuis son smartphone ou sa tablette, les nouveaux acteurs de l’épargne en ligne rivalisent d’arguments pour séduire les Français. Et encore plus depuis un an et demi. «La crise du Covid a été un accélérateur fulgurant», fait valoir Guillaume Piard, cofondateur de la fintech Nalo, qui a vu sa collecte multipliée par 5 depuis 2019. Même tendance chez Yomoni, autre distributeur d’assurance-vie 100 % en ligne, passé de 180 millions d’euros d’encours fin 2019 à 450 millions fin mai.

Le placement préféré des Français a pourtant connu une année noire avec une décollecte record de 6,5 milliards en 2020. Mais sur la toile, la tendance est inverse. Bloqués chez eux au printemps dernier, les Français ont eu davantage de temps pour se pencher sur leur épargne. Chez l’assureur Generali, les souscriptions dématérialisées, au travers de ses différents distributeurs, ont bondi de 44 % sur un an depuis juin 2020.

L’assurance-vie en ligne ne date pas d’hier.

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ pendant 2 mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.