le grand flou pour les épargnants

le grand flou pour les épargnants

le grand flou pour les épargnants

DÉCRYPTAGE – Les épargnants sont souvent noyés sous les pages de documents que doivent leur remettre leur banque, leur assureur ou leur conseiller avant de souscrire un placement.

Trop d’informations tuent l’information. C’est le sentiment partagé par nombre d’épargnants, noyés sous les pages de documents que doivent leur remettre leur banque, leur assureur ou leur conseiller avant de souscrire un placement. Pourtant depuis 2014, l’Europe, à travers les directives Ucits et MIF 2 et le règlement Priips, a tenté d’harmoniser les données communiquées par les professionnels, en particulier sur les frais qui pèsent sur les produits financiers. Avec pour objectif de les rendre plus transparents, plus exhaustifs mais aussi plus compréhensibles. Le but est très loin d’être atteint. Le grand public peine toujours à appréhender le poids de ces frais comme le constatent les sénateurs Husson et de Montgolfier dans le rapport rédigé pour la commission des finances du Sénat sur la protection des épargnants, rendu public le 6 octobre.

Une comparaison impossible

Les raisons ne manquent pas. L’harmonisation de la présentation des frais qui devait faciliter leur comparaison s’avère toute relative. Leur présentation

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 76% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.