Les Français les plus pauvres paient de moins en moins de frais bancaires

Les Français les plus pauvres paient de moins en moins de frais bancaires

Les Français les plus pauvres paient de moins en moins de frais bancaires

Les Français les plus pauvres paient de moins en moins de frais bancaires

Les engagements pris par les banques semblent avoir porté leurs fruits. Les frais bancaires payés par les clients en situation de fragilité financière ont reculé en 2020, s’est félicité jeudi l’Observatoire de l’inclusion bancaire (OIB), présidé par la Banque de France, soulignant aussi que la détection de ce type de public s’est améliorée. Dans le détail, le montant moyen annuel des frais bancaires versés par ces clients a reculé de nouveau, de sept euros, pour s’établir à 248 euros sur l’ensemble de l’année 2020, soit une baisse de 3% sur un an et de 18% sur deux ans, détaille l’observatoire, composée de représentants de l’Etat, du secteur bancaire et d’associations.

S’agissant des seuls frais d’incidents bancaires, le montant a là aussi reculé, de 5%, pour s’établir à 143 euros en moyenne contre 151 euros en 2019. , »Ainsi, en 2020, près de 60% des clients identifiés comme fragiles au 31 décembre et ayant subi des incidents ont vu leur frais diminuer du fait de l’application » d’un certain nombre d’engagements de la part des établissements bancaires, se réjouit l’Observatoire.

>> Notre service – Économisez jusqu’à 300 euros par an en testant notre comparateur de tarifs bancaires

Sous la pression de l’Etat, les banques s’étaient engagées à limiter dès 2019 les frais d’incidents bancaires à 25 euros par mois pour les clients fragiles et à 20 euros par mois et 200 euros par an pour les clients bénéficiaires de l’offre spécifique, un service bancaire de base facturé trois euros mensuels maximum.

Autre motif de satisfaction exprimé par l’OIB : l’offre spécifique. Disponible depuis octobre 2014 pour les personnes en situation financière précaire, elle regroupe des services bancaires de base facturés trois euros par mois maximum. Cette offre a longtemps été peu sollicitée, essentiellement en raison du peu de publicité fait par les banques. Mais la tendance commence à s’inverser sous la pression conjuguée du superviseur bancaire et de l’Etat ces dernières années pour mieux la promouvoir.

>> A lire aussi – Seuil de pauvreté : Qu’est-ce que c’est ? Comment le calculer ?

En outre, l’Observatoire de l’inclusion bancaire relève des progrès dans la détection des clients en situation de fragilité financière. « L’évolution et la plus grande convergence des critères retenus par les banques ont favorisé une détection plus précoce: ainsi, 86% des clients identifiés comme fragiles en 2020 l’ont été au titre de critères préventifs, reposant notamment sur l’analyse du fonctionnement du compte », détaille l’organisme. Au total, le nombre de clients identifiés comme fragiles est, compte tenu de ces critères élargis, en hausse de 12% au 31 décembre 2020. À cette date, ce sont ainsi 3,8 millions de particuliers qui bénéficiaient des mesures de protection attachées à cette détection.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.