pourquoi et comment les assureurs dissuadent les épargnants d’investir

pourquoi et comment les assureurs dissuadent les épargnants d’investir

pourquoi et comment les assureurs dissuadent les épargnants d’investir

DÉCRYPTAGE – Tout est bon pour détourner les épargnants des fonds en euros et les inciter à prendre plus de risques.

Si les fonds en euros ont fait les beaux jours de l’assurance-vie, ils sont désormais bien à la peine. Ils ont rapporté de l’ordre de 1 %, en moyenne, en 2021, certains contrats arrivant tout de même à sortir leur épingle du jeu, à l’image de ceux distribués par l’Afer (1,7 %), la MACSF (2,1 %) ou la mutuelle Garance (2,75 %, meilleur taux de l’année). Mais ces piètres rendements ne signent pas la fin de ce produit, tant s’en faut. «L’assurance-vie, et notamment le fonds en euros, répond à de nombreux besoins dont un des tous premiers demeure la protection de l’épargne investie», rassure Fabrice Bagne, directeur général adjoint de BNP Paribas Cardif.

Pour sécuriser les fonds des épargnants, les assureurs placent la majorité de leurs portefeuilles dans des obligations d’État, actuellement très peu rentables. Pour maintenir un minimum de rendement, ils doivent donc aller chercher de la performance sur les marchés financiers. «La qualité du rendement de notre fonds en euros ne peut s’exempter…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 89% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.