quand le «robot advisor» remplace le conseiller privé

quand le «robot advisor» remplace le conseiller privé

quand le «robot advisor» remplace le conseiller privé

Des fintechs ciblent les 18-35 ans avec une offre haut de gamme à prix accessible. Leur arme: les algorithmes.

Les Français fortunés ne sont plus les seuls à profiter des conseils de banquiers aux petits soins pour eux. De nombreuses applications mobiles jouent la carte du conseil sur mesure à petit prix. Elles ciblent les 18-35 ans, une clientèle longtemps délaissée par les banques, car peu rémunératrice.

«Les plus jeunes ont eux aussi des besoins d’épargner, indique Vania Mareuse, à la tête de la fintech Arthur, lancée en septembre. Ils se questionnent sur leur retraite, sur leurs projets. Ils ont tout autant besoin de conseil, et les banques ne jouent pas ce rôle.» L’appli Arthur propose de gérer l’ensemble des comptes de ses clients (assurance-vie, livrets, SCPI, cryptos…). Elle se rémunère via un abonnement de 7 euros par mois, sans prendre la moindre commission sur l’assurance-vie.

Arthur n’est pas le seul à jouer la carte du conseil sur mesure. Ces derniers mois, les offres de solutions d’épargne sur mobile se sont multipliées: Cashbee, Ritchee, Ismo, Yomoni, Nalo. Portées par l’engouement

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 68% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.