SCPI : des rendements rassurants au premier semestre

SCPI : des rendements rassurants au premier semestre

SCPI : des rendements rassurants au premier semestre

Le vent est-il en train de tourner pour les SCPI ? Les derniers mois ont été mouvementés avec une série de nouvelles peu rassurantes. Entre mars et août, plusieurs poids lourds du secteur ont annoncé une diminution du prix des parts d’une ou plusieurs de leur SCPI : AEW Patrimoine, Amundi immobilier, BNP Paribas REIM et HSBC REIM. Les résultats semestriels étaient donc attendus avec impatience, pour mesurer la résilience d’un placement qui affichait un rendement moyen de 4,53% l’année dernière.

>> Notre service – Pour vous aider à choisir les meilleures SCPI, bénéficiez de conseils d’experts gratuits grâce à notre partenaire

Eh bien selon la synthèse réalisée par France SCPI, l’avis de tempête n’est pas à l’ordre du jour. Sur le premier semestre, le taux de distribution (TD) annualisé (le rendement perçu par les associés) atteint en moyenne 4,33%. C’est pour l’heure 0,20 point de moins que le rendement moyen obtenu l’année dernière, mais supérieur au taux de distribution du premier semestre 2022 (4,2%). Ainsi, France SCPI anticipe à la fin de cette année un rendement supérieur au dernier exercice annuel, à 4,6%.

Selon Paul Bourdois, co-fondateur de France SCPI, il est en effet habituel pour les SCPI d’attendre le dernier trimestre pour servir un dividende plus élevé que sur les trois premiers, “car, depuis le Covid, elles ont tendance à rester plus prudentes sur le début d’année”. La résistance des performances au premier semestre serait donc de bon augure pour la suite. C’est ce que confirment les chiffres de la plateforme professionnelle indépendante Rock-n-Data, selon laquelle le taux de distribution glissant (sur les quatre derniers trimestres) s’établit à 4,47%, tandis que le taux annualisé au deuxième trimestre s’affiche à 4,41%. Un niveau de performance conforté également par les données de l’Association française des sociétés de placement immobilier (Aspim), qui fait part d’un taux de distribution moyen servi de 2,20% sur les seuls six premiers mois de l’année.

Des écarts de rendement importants selon le type d’immobilier acquis

Ces rendements moyens ne doivent toutefois pas éclipser certaines disparités. Ainsi, certaines SCPI affichent des rémunérations bien supérieures, à l’image de Remake Live, dont le TD approche les 8% (7,84%), ou encore Iroko Zen (6,89%) et Epsilon 360 (6,36%), comme le relève France SCPI. De même, le taux de distribution peut aussi varier fortement selon le type d’actif immobilier détenu. Ce sont les locaux de logistique qui affichent la meilleure performance : 5,65% de taux de distribution annualisé à partir du premier semestre. À un cran à peine inférieur, viennent ensuite les SCPI diversifiées (investies sur plusieurs classes d’actifs telles que les bureaux, les commerces, les Ehpad…), qui versent 5,64%.

À l’inverse, ce sont les SCPI qui ont acquis de l’immobilier résidentiel qui déçoivent le plus : 3,73% de TD, toujours selon France SCPI, avec la même période de référence. Enfin, alimentant les craintes depuis le développement du télétravail, l’immobilier de bureaux continue pourtant d’afficher des rendements à peine inférieurs à la moyenne servie par l’ensemble des SCPI : avec 4,27% de taux de distribution annualisé.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.