des revalorisations souvent très conséquentes

des revalorisations souvent très conséquentes

des revalorisations souvent très conséquentes

Les motifs de ces hausses sont variés, à commencer par la très floue «modification des critères d’évaluation».

La place Masséna, à Nice.
La place Masséna, à Nice. Sergey Dzyuba/bbsferrari – stock.adobe.com

Ce sont des chiffres inédits. À partir de données provenant de trois grandes villes – Nantes, Toulon et Nice -, Le Figaro a pu analyser l’ampleur des discrètes revalorisations des valeurs fiscales des logements entre 2014 et 2019. Il en ressort d’abord que ces opérations, réalisées par les directions fiscales départementales en partenariat avec les communes, connaissent une tendance baissière. Au nombre de 25.000 en 2014 dans les trois municipalités, elles n’étaient plus que 16.000 en 2019.

Ces revalorisations peuvent néanmoins être parfois très douloureuses. Et ce, quand bien même elles sont justifiées. La hausse moyenne s’élève à 13 % par an entre 2014 et 2019. Mais un quart des revalorisations dépasse les 18 %. Les motifs de ces hausses sont variés, à commencer par la très floue «modification des critères d’évaluation». Suivent des motifs plus précis: agrandissement, construction d’une piscine, installation d’une baignoire supplémentaire, d’une véranda ou même d’un simple Velux. Les

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à
découvrir.

Abonnez-vous : 1€ le premier mois

annulable à tout moment

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.