le prélèvement à la source fait ses preuves

le prélèvement à la source fait ses preuves

le prélèvement à la source fait ses preuves

DÉCRYPTAGE – Le dispositif est une «réussite opérationnelle», selon la Cour des comptes. La crise du coronavirus en est une parfaite illustration.

C’est certainement ce qui retient le plus l’attention. Avec le prélèvement à la source (PAS), en place depuis quatre ans après des vives résistances et oppositions, «les gens ne vivent plus avec une épée de Damoclès», selon Jean-Yves Mercier, membre du Cercle des fiscalistes. En permettant de prélever l’impôt directement sur les revenus chaque mois, le PAS évite aux ménages un décalage d’un an entre le versement des revenus et leur imposition.

Certes, la déclaration annuelle des revenus au printemps reste une obligation, et peut mener à des régularisations en septembre. Certains foyers trop prélevés chaque mois l’année précédente obtiennent ainsi des remboursements quand d’autres ont la mauvaise surprise de devoir verser un reliquat. Des situations qui entretiennent une certaine incompréhension, d’autant que le calcul même de l’impôt reste, lui, illisible. Mais le PAS s’adaptant davantage à la situation financière des contribuables, en temps réel, le système a tout de même été simplifié

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 60% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.