Les atouts fiscaux et financiers méconnus du viager libre

Les atouts fiscaux et financiers méconnus du viager libre

Les atouts fiscaux et financiers méconnus du viager libre

L’achat d’un viager libre peut permettre à des primo-accédants n’ayant pas le « profil emprunteur » idéal de devenir propriétaires. Adobe Stock

NOS CONSEILS – Cette technique de vente peu courante est méconnue du grand public mais peut être judicieuse alors que les taux de crédit remontent.

Quand on parle de viager, les férus de cinéma ont tous en tête le film Le Viager (réalisé par Pierre Tchernia en 1972). On y voit une famille acquérir une maison sur la Côte d’Azur et le vendeur, incarné par Michel Serrault, continuer à occuper la demeure tout en percevant chaque mois une somme d’argent. C’est ce qu’on appelle un viager occupé. L’acheteur devient le propriétaire du bien immobilier mais le vendeur en conserve l’usage jusqu’à sa mort.

Durant cette période indéterminée, l’acquéreur doit lui verser une rente après avoir payé une somme au comptant appelée le bouquet. «La vente en viager est une pratique sérieuse et réglementée, souligne Sophie Richard, fondatrice de Viagimmo. La rente et le bouquet font l’objet de calculs effectués selon plusieurs critères dont l’espérance de vie du vendeur, la valeur vénale du bien immobilier ainsi que les besoins du vendeur». Notamment le fait qu’il dispose ou pas d’autres logements. Si ce n’est pas le cas, le vendeur optera donc pour le viager…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.