Les droits de succession s’invitent au cœur de la campagne présidentielle

Les droits de succession s’invitent au cœur de la campagne présidentielle

Les droits de succession s’invitent au cœur de la campagne présidentielle

Sujet clivant entre la droite et la gauche, la réforme de la fiscalité sur l’héritage est l’une des priorités des principaux candidats à l’élection présidentielle.

Les différents candidats à l’élection présidentielle auraient tort de s’en priver. Alors qu’Emmanuel Macron n’a pas voulu s’engager sur l’épineuse taxation de l’héritage durant son quinquennat, les différentes oppositions politiques se sont empressées d’investir ce terrain potentiellement inflammable… mais politiquement séduisant. Nombre de Français voient en effet en cet impôt tant honni un moyen pour l’État de les matraquer fiscalement même après leur mort. «Les droits de succession sont un impôt sur un impôt», va jusqu’à dire Rémy Gentilhomme, membre du Cercle des fiscalistes.

Depuis ces dernières semaines, on ne compte plus les interventions des uns et des autres pour réformer la fiscalité sur les donations et les droits de succession, faisant de ce thème l’une des priorités de leurs programmes économiques. À tel point que le président sortant, qui ne s’est toujours pas déclaré candidat à sa propre succession, a décidé d’entrer dans le débat, reconnaissant qu’il y avait effectivement…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 86% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.