Cette mesure à prendre pour éviter qu’une revalorisation des pensions ne fasse des perdants

Cette mesure à prendre pour éviter qu’une revalorisation des pensions ne fasse des perdants

Cette mesure à prendre pour éviter qu’une revalorisation des pensions ne fasse des perdants

Cette mesure à prendre pour éviter qu’une revalorisation des pensions ne fasse des perdants

Le président de la République l’a promis lorsqu’il était candidat : une revalorisation exceptionnelle des pensions de base devrait avoir lieu cet été. Sans donner de chiffre précis, elle pourrait tourner autour de 4 à 5%, en fonction de l’inflation. Cette mesure pourrait figurer dans une loi sur le pouvoir d’achat. “Ce projet de loi devrait être adopté en Conseil des ministres avant les élections législatives, afin qu’il soit présenté à la représentation nationale sitôt qu’elle sera élue”, a affirmé la nouvelle porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire à la sortie du Conseil des ministres ce lundi 23 mai.

Si les contours précis de cette loi n’ont pas encore été définis, les organisations syndicales sont déjà en ordre de marche. À l’occasion d’une conférence de presse organisée ce lundi 23 mai, 9 organisations de retraités (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR et Ensemble) ont demandé que la revalorisation des pensions de base soit de 4,5% et qu’elle soit rétroactive, ce qui signifie applicable, depuis le 1er janvier 2022. Elle doit s’ajouter à la revalorisation de 1,1% du 1er janvier 2022 car “de plus en plus de retraités tombent dans la pauvreté et la précarité”, alerte le collectif.

Ils ont aussi prévenu que cette revalorisation exceptionnelle doit s’accompagner d’une hausse des seuils de revenu fiscal de référence (RFR), qui servent à déterminer le taux de Contribution sociale généralisée (CSG) des retraités. “S’il n’est pas relevé au même niveau, ce que les retraités vont gagner en hausse des pensions certains vont le perdre car ils vont dépasser les seuils de RFR et voir leur taux augmenter”, craint Roger Perret d’Ensemble et Solidaires. “C’est ce que l’on appelle l’effet ciseau, complète Didier Hotte de l’Union confédérale des retraités de FO. La hausse des pensions peut être mangée par une hausse du taux de CSG. Nous avons déjà constaté cet effet lors de la revalorisation de 1,1% en janvier alors que le seuil de RFR n’avait été élevé que de 0,2%”, rappelle-t-il. Pour éviter qu’une revalorisation forte ne fasse quand même des perdants, ils demandent donc, qu’en parallèle, le seuil du revenu fiscal de référence soit lui aussi relevé.

Ces représentants des retraités profitent de cette période d’élections législatives pour faire passer leurs revendications. En plus de la question de la revalorisation, ils communiquent une liste de questions aux candidats aux législatives, exceptés ceux du Rassemblement national et de Reconquête!. Ils les interrogent notamment sur d’autres thèmes comme le système de santé, les Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) ou encore l’aide à domicile.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.