Comment le pouvoir d’achat des retraités a décroché depuis 10 ans

Comment le pouvoir d’achat des retraités a décroché depuis 10 ans

Comment le pouvoir d’achat des retraités a décroché depuis 10 ans

Comment le pouvoir d’achat des retraités a décroché depuis 10 ans

Le discours a été répété à plusieurs reprises pendant la crise sanitaire. Les retraités n’ont pas vu leur pouvoir d’achat baisser au contraire des actifs qui se sont retrouvés au chômage partiel ou ont même perdu leur emploi. Pourtant à y regarder de plus près, le constat est beaucoup plus nuancé. Une annexe au projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2022 présenté mercredi 20 octobre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, présente l’évolution du pouvoir d’achat des retraités depuis 2010. “Les pensions du régime général, de la fonction publique et de l’Agirc-Arrco liquidées en 2010 garantissent en 2021 un pouvoir d’achat inférieur à celui qu’elles donnaient lors de leur liquidation en 2010”, est-il écrit dans le document.

Le décrochage est plus ou moins fort que l’on prenne le régime de base ou le régime complémentaire des salariés du privé Agirc-Arrco. Ainsi, entre 2010 et 2021, les pensions ont été revalorisées de 8,6% dans le régime de base et celui de la fonction publique pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros mensuels. La hausse a été limitée à 7,9% pour ceux gagnant plus de 2.000 euros. Cet écart est lié à la revalorisation différenciée de la retraite de base instaurée en 2020. Pour rappel, au 1er janvier 2020, la pension de base des retraités gagnant moins de 2.000 euros a été augmentée de 1% contre 0,3% pour ceux percevant plus.

>> Notre service – Testez notre comparateur d’Assurances vie

En ce qui concerne la retraite complémentaire, la hausse est de 7,2% à l’Arrco (ex retraite complémentaire des non-cadres), et 5,1% l’Agirc (ex retraite complémentaire des cadres). Les deux sont étudiés séparément car l’Agirc et l’Arrco ont fusionné le 1er janvier 2019. Pendant la même période, l’évolution des prix (hors tabac) a atteint 9,9%. Ce sont donc les ex-cadres du privé qui ont vu leur pouvoir d’achat reculer le plus.

En 10 ans, le décrochage entre l’inflation et les pensions s’est fait en plusieurs étapes. C’est d’abord les pensions de l’Agirc qui ont décroché en 2011 sous l’effet de la faible revalorisation prévue par l’accord de Agirc-Arrco de 2011. Pour les autres pensions, le décrochage a plutôt lieu à partir de 2017 et sous l’effet de différentes mesures. D’abord pour la pension de base et celle des fonctionnaires cela s’explique à la fois par des mesures de sous revalorisation, mais aussi par le fait que la date de revalorisation a été décalée en 2018 passant du 1er octobre au 1er janvier et ajoutant donc trois mois de stabilisation supplémentaire. “Pour ces raisons, la garantie du pouvoir d’achat prévue par l’article 27 de la loi du 21 août 2003 n’est pas atteinte sur la période”, alerte le document.

Si ce mouvement venait à se prolonger, ce qui est probable, le niveau de vie des retraités devrait prochainement être moins élevé que celui des actifs. Dans son rapport annuel de 2020, le conseil d’orientation des retraites (Cor) estimait que le niveau de vie des retraités représentait 104% de celui des actifs. Il devrait rester légèrement supérieur à celui des actifs jusqu’au milieu des années 2020. La tendance pourrait ensuite s’inverser et le Cor table sur un niveau de vie qui représenterait entre 88 et 92% de celui des actifs en 2040 et entre 75 et 83% en 2070.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.