des partenaires sociaux souvent plus responsables que l’État

des partenaires sociaux souvent plus responsables que l’État

des partenaires sociaux souvent plus responsables que l’État

Lorsque la pérennité financière du régime Agirc-Arrco a été menacée, syndicats et patronnat ont été capables de négocier des réformes profondes.

Sur les retraites complémentaires, les partenaires sociaux n’ont jamais failli. À chaque fois qu’il a fallu prendre ses responsabilités, pour sauver à moyen terme le régime de la faillite ou financer à court terme le paiement des pensions, syndicats et patronat ont toujours répondu présents. Parfois même en lieu et place de l’État, qui, sur le régime de base ou les régimes spéciaux, louvoyait pour gagner du temps et repousser les décisions difficiles aux calendes grecques. Et en contredisant au passage Emmanuel Macron qui, après l’échec de la renégociation de la convention d’assurance-chômage en 2019, avait fustigé leur irresponsabilité. «On est dans un drôle de système!, avait lancé le chef de l’État, confirmant la défiance qu’il porte à la démocratie sociale. Chaque jour, dans le pays, on dit “corps intermédiaires, démocratie territoriale, démocratie sociale, laissez-nous faire”. Et quand on donne la main, on dit “mon bon monsieur, c’est dur, reprenez-la”.»

Les partenaires sociaux ont

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 64% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.