Ehpad et aide à domicile : la profonde refonte que pourrait connaître le secteur du grand âge

Ehpad et aide à domicile : la profonde refonte que pourrait connaître le secteur du grand âge

Ehpad et aide à domicile : la profonde refonte que pourrait connaître le secteur du grand âge

Ehpad et aide à domicile : la profonde refonte que pourrait connaître le secteur du grand âge

Promise depuis longue date, la fameuse loi en soutien aux personnes âgées devrait être présentée d’ici la fin de l’été et même être élargie aux jeunes. Si l’on ne connaît pas les mesures décidées pour les plus jeunes, celles pour les personnes âgées commencent à filtrer. Des rencontres ont été organisées la semaine dernière entre l’administration du ministère de la Santé et les acteurs du secteur pour en définir les contours. Ce projet pourrait comporter notamment deux volets, l’un concernant les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et l’autre l’aide à domicile.

Si ce n’est pas nouveau, la crise a mis en lumière les problèmes d’encadrement que pouvaient rencontrer certains Ehpad qui font face à un manque d’infirmiers de nuit ou de médecins coordinateurs. Pour pallier cette carence, le projet de loi pourrait mettre l’accent sur le soin. “Il y a une volonté de mobiliser le champ médical avec plus de personnel soignant dans les Ehpad, a témoigné Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, syndicat représentant les établissements privés, lors d’une conférence de presse organisée le mercredi 16 juin. Nous avons besoin de plus de psychomotriciens, d’ergothérapeutes mais aussi de mieux former nos aides-soignantes et nos infirmières au grand âge”. Les Ehpad seraient ainsi inscrits dans une filière de soin gériatrique, l’idée serait qu’ils puissent bénéficier d’un appui de l’hôpital avec la création d’une “hotline” gériatrique ou l’intervention dans l’établissement d’équipes mobiles extra-hospitalières.

Autre point sur lequel une future loi pourrait apporter des modifications, l’articulation entre les résidents des Ehpad et les seniors vivant sur son territoire. Aujourd’hui certaines passerelles peuvent déjà exister pour des consultations médicales par exemple et plusieurs expérimentations sont déjà menées. Il s’agirait de les généraliser et de mettre en place un “Ehpad plateforme” en développant les solidarités de proximité pour les personnes vivant à domicile ou encore de déployer des solutions de répit pour les proches aidants. “L’Ehpad pourrait devenir un lieu qui rend des services à la population âgée de la ville en accueillant par exemple des consultations mémoire, des chambres d’urgence de nuit pour éviter certaines hospitalisations, envisage Florence Arnaiz-Maumé. Nous demandons pour cela des moyens et cela va être l’enjeu de la loi future”.

>> Notre service – Trouvez une Maison de Retraite ou une Résidence Services Séniors (Tous les établissements ont été visités et notés en fonction de la qualité des prestations et des tarifs)

Le projet de loi pourrait aussi mettre en œuvre ce que le gouvernement appelle le “virage domiciliaire”. Derrière cette expression technocratique se cache l’objectif de pouvoir maintenir le plus longtemps possible les personnes âgées à domicile, si tel est leur souhait. “Tout au long de la crise, ce fut le parent pauvre : manque de valorisation des métiers, manque de prime. C’est toujours un secteur maltraité, regrette la directrice du Synerpa. Nous attendons un big bang de l’aide à domicile”. S’il est encore trop tôt pour dire si l’on assistera à une vraie révolution dans le secteur, l’exécutif planche cependant sur une refonte profonde des structures et sur la mise en place d’un tarif national pour l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA). “Nous devons être en mesure de proposer une aide qui s’adapte au besoin de la personne et pas l’inverse, et qui évolue dans le temps. C’est l’une des conditions pour permettre aux personnes de rester chez elles”, estime Julien Jourdan, directeur général de la Fédésap, (Fédération des services à la personne et de proximité). Ce point est particulièrement important, selon les représentants du secteur, car un tarif minimum autour de 23 euros doit permettre une meilleure attractivité des métiers de l’aide à domicile. “Notre enjeu est que les professionnels soient mieux rémunérés et mieux formés et aussi que l’on ne change plus les règles de prise en charge, condition essentielle pour la pérennité des entreprises du secteur”, a plaidé Maxime Aïach, président de la Fédération du service aux particuliers (Fesp), lors d’une conférence de presse organisée jeudi 17 juin.

Cette réforme de l’ensemble du secteur soulève le problème de la gouvernance. Aujourd’hui, la piste la plus avancée serait d’attribuer la gestion du domicile aux conseils départementaux et de laisser celle des Ehpad aux Agences régionales de santé (ARS). “C’est une erreur pour nous de cliver la gouvernance. Nous sommes un secteur qui doit créer un parcours entre le domicile, les résidences service, l’Ehpad voire même le secteur sanitaire, analyse Florence Arnaiz-Maumé. C’est un enjeu fort politiquement de conserver une co-gouvernance sur les Ehpad et l’ensemble du champ du domicile”.

>> Notre service – Pour vous aider à choisir les meilleures SCPI, bénéficiez de conseils d’experts gratuits grâce à notre partenaire

Si les pistes de réflexions semblent aujourd’hui bien avancées, le doute demeure encore sur le calendrier de présentation de cette loi. Le projet de loi pourrait être présenté courant juillet en Conseil des ministres pour être débattu au Parlement à la rentrée. Et il ne pourra pas se passer d’un débat sur le financement qui pourrait avoir lieu après la présidentielle. “Le vrai chantier sera une loi de programmation qui donne les moyens nécessaires à la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie et aux départements de manière homogène sur l’ensemble du territoire”, prévient Julien Jourdan de la Fédésap.

>> Notre service – Testez notre comparateur d’Assurances vie

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.