Emmanuel Macron remet le chantier des retraites à l'après crise sanitaire

Emmanuel Macron remet le chantier des retraites à l’après crise sanitaire

Emmanuel Macron remet le chantier des retraites à l’après crise sanitaire

Emmanuel Macron remet le chantier des retraites à l'après crise sanitaire

Une réforme soumise aux conditions sanitaires. Emmanuel Macron n’a pas totalement enterré la réforme des retraites. Alors que le projet de loi portant création d’un régime universel a été éclipsé à cause de la pandémie, le locataire de l’Elysée a rappelé qu’avec 42 régimes, le système de retraite français “entretient des inégalités majeures”. Il a ainsi annoncé que “les régimes spéciaux devront être supprimés pour les nouveaux employés”. Il n’a cependant pas donné de date précise pour la mise en place d’une telle mesure.

Autre point sensible sur lequel pourrait appuyer le chef de l’Etat : l’âge de départ à la retraite. Pour lui, il s’agit d’une évidence : “il faudra partir à la retraite plus tard”. Il n’a cependant pas confirmé qu’il envisageait de reporter l’âge légal de départ à la retraite. Il a toutefois souligné qu’une telle mesure ne pourrait pas se faire “de manière uniforme” et qu’elle serait mise en place progressivement. Après le bâton, la carotte. Emmanuel Macron a réaffirmé l’un de ses engagements : porter la retraite minimum à 1.000 euros pour qu’une “vie de travail puisse offrir une pension digne”.

Côté calendrier, un travail avec les partenaires sociaux doit être mené par le Premier ministre Jean Castex, à la rentrée. Mais toutes ces annonces restent encore de simples hypothèses car de telles réformes ne seront lancées que si “l’épidémie est sous contrôle et la reprise bien assurée”. Deux conditions qui risquent d’être difficiles à remplir d’ici la fin du quinquennat.

>> Notre service – Pour vous aider à choisir les meilleures SCPI, bénéficiez de conseils d’experts gratuits grâce à notre partenaire

S’il est difficile de dire quand ces mesures pourront être prises, le calendrier est plus resserré en ce qui concerne le régime de retraite complémentaire des salariés du privé Agirc-Arrco, géré par les partenaires sociaux. Le 20 juin dernier, ils ont entamé des discussions car le régime sort du cadre fixé par l’accord national interprofessionnel signé pour 4 ans. Alors qu’il doit toujours avoir six mois de réserve sur les 15 ans glissants, en raison de la crise sanitaire, il pourrait sortir de cette trajectoire d’ici quelques années. Pour remettre le système sur les rails, plusieurs pistes sont étudiées comme un gel des pensions au 1er novembre prochain ou un changement de règle sur le niveau des réserves. Une nouvelle réunion sur cette question est programmée ce mardi 13 juillet et plusieurs partenaires sociaux poussent pour que des mesures soient décidées d’ici la fin du mois de juillet.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.