Est-il possible de relever le minimum de pension comme le proposent Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?

Est-il possible de relever le minimum de pension comme le proposent Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?

Est-il possible de relever le minimum de pension comme le proposent Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?

Est-il possible de relever le minimum de pension comme le proposent Marine Le Pen et Emmanuel Macron ?

En matière de retraite c’est le seul point commun des deux candidats au second tour de la présidentielle. Marine Le Pen veut relever le minimum de pension que vous percevez lorsque que vous avez fait une carrière complète à 1.000 euros par mois alors qu’il tourne en moyenne aujourd’hui autour de 950 euros. Même proposition du côté de son concurrent Emmanuel Macron qui plaide pour un relèvement à 1.100 euros par mois. Problème, un tel relèvement est techniquement difficile et les montants annoncés pourraient ne pas être totalement atteints.

Pour comprendre pourquoi, rappelons d’abord comment marche ce dispositif. Pour les salariés, on parle de minimum contributif (Mico). Vous pouvez en bénéficier à partir du moment où vous pouvez toucher une retraite à taux plein. Son montant varie en fonction du nombre de trimestres cotisés. Il est au maximum de 713,11 euros par mois. Cette somme concerne uniquement le régime de base. Il n’existe pas de minimum de pension pour le régime complémentaire. Vous cumulez des points en fonction de votre carrière, points qui, par la suite, vous permettent de toucher une retraite. En moyenne, les points Agirc-Arrco rehaussent le minimum de pension d’un tiers. Les deux cumulés, la retraite minimale pour une carrière complète tourne autour de 950 euros. Mais c’est donc du cas par cas.

Dire que l’on porte ce montant à 1.000 euros ou 1.100 euros, signifie que c’est l’addition de la pension perçue au titre de la retraite de base et de la complémentaire qui doit atteindre au minimum ce montant. Le seul levier dont dispose l’État pour relever ce niveau est donc de rehausser le Mico. Mais, par exemple, le relever à 800 euros au lieu de 713,11 euros ne veut pas dire que tous les retraités ayant une carrière complète toucheront au minimum 1.000 euros. Certains pourraient être en dessous et d’autres au-dessus.

“Lorsqu’on donne ce type de montants, cela veut dire que l’on fait des hypothèses sur ce que pourrait être le niveau de retraite de l’Agirc-Arrco, a prévenu Pierre-Louis Bras, président du Conseil d’orientation des retraites (Cor), à l’occasion d’une table ronde organisée par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis), ce mardi 29 mars. C’est une annonce difficile à chiffrer et il est aussi compliqué de savoir à qui profitera une telle mesure”, a-t-il ajouté. Un point de vue partagé par Antoine Bozio, économiste, directeur de l’Institut des politiques publiques. “On ne peut pas maîtriser le Mico, a-t-il rappelé lors de la conférence de l’Ajis. C’est baroque comme mécanisme”.

>> Notre service – Comparez les performances des plans d’épargne retraite (PER) grâce à notre simulateur

Il y a cependant une catégorie de la population pour laquelle un objectif chiffré d’un minimum est atteignable : les fonctionnaires. Ils ne bénéficient pas du Mico, mais de ce que l’on appelle le Miga, le minimum garanti. Contrairement aux salariés, les fonctionnaires n’ont pas un régime de base et un régime complémentaire. Les deux sont réunis. Pour en bénéficier, il faut avoir atteint le nombre nécessaire de trimestres pour obtenir le taux plein. Le montant versé dépend de vos années de service. Ainsi, si vous avez au moins 40 années de service, il est de 1.200,32 euros par mois, soit au-dessus de ce que proposent les deux candidats.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.