Le parcours du combattant des anciens mineurs

Le parcours du combattant des anciens mineurs

Le parcours du combattant des anciens mineurs

En 2020, l’ex-régime des mines ne comptait plus que 1 010 cotisants pour 220.575 retraités.

C’est l’exemple même d’un régime spécial en extinction! Face à la réduction du nombre de mineurs en France, le régime spécial de Sécurité sociale des mines a été fermé en 2010. Défini en 1946, ce régime très avantageux avait été conçu par l’État comme un moyen d’attirer la main-d’œuvre vers des métiers pénibles et dangereux, indispensables pour la reconstruction du pays après la guerre 39-45. Il permettait la prise en charge à 100 % des frais de santé, le départ en retraite dès 55 ans (voire avant, après trente ans de carrière), des pensions calculées sur une base forfaitaire majorée, des droits au chauffage et au logement à vie sous certaines conditions pour les mineurs de fond, etc.

L’État s’est engagé à préserver l’ensemble des droits jusqu’à la disparition du dernier affilié, alors que des mineurs sont toujours en activité, en particulier ceux recrutés avant 2010 pour exploiter la mine de sel de Varangéville, en Meurthe-et-Moselle. La gestion du régime a été transférée à la Caisse des

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 66% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.