Les retraites complémentaires Agirc-Arrco finalement revalorisées de 1%

Les retraites complémentaires Agirc-Arrco finalement revalorisées de 1%

Les retraites complémentaires Agirc-Arrco finalement revalorisées de 1%

Les retraites complémentaires Agirc-Arrco finalement revalorisées de 1%

C’était écrit, ou presque. La revalorisation des retraites complémentaires des ex-salariés du privé va être limitée à 1% à compter du 1er novembre. Réuni ce jeudi 7 octobre, le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco, chargé de décider du niveau d’augmentation de ces pensions, a voté en faveur d’une revalorisation contenue à 1%. Soit 0,5 point de moins que l’inflation hors tabac anticipée pour l’année 2021 par l’Insee dans sa dernière note de conjoncture publiée le 6 octobre 2021. Composé d’organisations patronales et syndicales, le conseil a donc suivi la préconisation du bureau de l’Agirc-Arrco, qui avait plaidé, le 30 septembre, pour une sous-revalorisation des pensions du privé de 0,5 point. A noter toutefois que la recommandation du bureau aboutissait alors à une revalorisation de 0,9%, ce dernier prenant comme référence l’inflation attendue à 1,4% selon la note de conjoncture publiée par l’Insee au mois de juin*. Le conseil d’administration a donc finalement décidé de déroger à la règle qui veut que ce soit l’inflation de cette note de juin qui fasse office de référence pour la revalorisation des pensions.

>> Notre service Retraite pour les particuliers – Confiez à un expert la mission de vérifier, calculer, optimiser vos droits à la retraite et/ou de vous assister pour liquider votre retraite. Vous bénéficierez d’un tarif préférentiel (remise de 20% pour les internautes de Capital)

Un coup de pouce, donc, mais pas tant que ça en réalité. Car la revalorisation, malgré la prise en compte d’une inflation supérieure à celle constatée en juin, s’affiche bien en deçà de celle inscrite dans l’accord national interprofessionnel (ANI) de 2019. Ce dernier prévoit en effet une hausse des pensions au niveau de l’inflation, mais octroie également au conseil d’administration une marge de manœuvre de 0,2 point (plus ou moins) par rapport à la hausse des prix à la consommation pour fixer cette revalorisation.

Malheureusement, la crise sanitaire est passée par là… et a changé la donne. Dégradation des finances du régime oblige, un avenant à l’ANI de 2019 a ainsi été signé au mois de juillet 2021 par les partenaires sociaux afin de permettre au conseil d’administration de l’Agirc-Arrco de revaloriser les pensions non plus avec une fourchette de plus ou moins 0,2 point… mais de plus ou moins 0,5 point. Un mal nécessaire pour maintenir à flot les comptes de l’Agirc-Arrco qui doivent, à tout moment, être en mesure de fournir 6 mois de versements à ses pensionnés. Et si, en 2021, les réserves dépassaient encore 61 milliards d’euros – soit 9 mois de versements -, elles devraient très logiquement s’éroder en raison de la crise et notamment de la baisse des cotisations. “Après être revenu à une situation excédentaire en 2019, le résultat global de l’Agirc-Arrco a été déficitaire en 2020, de 4,1 milliards d’euros, explique à ce titre le régime dans un communiqué de presse diffusé ce jeudi 7 octobre. Dans ce contexte, le conseil d’administration de l’Agirc-Arrco a exercé son devoir d’alerte auprès des partenaires sociaux.” Une justification battue en brèche par le syndicat Force ouvrière (FO) qui, dans un communiqué publié dans la foulée de l’annonce, dénonce “cette limitation de la hausse des retraites complémentaires, qui aurait pu être évitée. En juillet, FO avait fait d’autres propositions pour préserver l’avenir du régime, notamment par une modulation temporaire du niveau des réserves”, poursuit l’organisation syndicale.

>> A lire aussi – Retraite complémentaire Agirc-Arrco : les différents scénarios de revalorisation au 1er novembre

La décision finale du conseil d’administration de l’Agirc-Arrco acte un manque à gagner pour les retraités du régime. Ainsi, un retraité percevant 1.224 euros par mois (dont 361 euros de retraite complémentaire) va connaître un gain mensuel de 3,60 euros, contre 5,40 euros avec une revalorisation de 1,5%. Conséquence : un manque à gagner de 1,80 euro par mois, soit 21,60 euros par an. Bien évidemment, plus le montant de la retraite Agirc-Arrco est important, plus le manque à gagner le sera également. Un retraité percevant 7.413 euros par mois, dont 5.727 euros de retraite complémentaire, pâtira pour sa part d’un manque à gagner de plus de 28,60 euros par mois. Soit tout de même 344 euros par an !

>> A lire aussi – Sous-revalorisation de la retraite complémentaire Agirc-Arrco : quel sera votre manque à gagner ?

(*) En principe, les pensions sont revalorisées par rapport au chiffre de la hausse des prix à la consommation présenté dans la note de conjoncture de juin par l’Insee.