l’inéluctable report de l’âge de départ

l’inéluctable report de l’âge de départ

l’inéluctable report de l’âge de départ

Face à l’imposant déficit, la Cour des Comptes appelle à agir, et ce pour trois raisons

Parmi les réformes clés nécessaires pour infléchir le rythme de la dépense publique, la Cour des comptes juge «prioritaire d’identifier et traiter les causes structurelles d’évolution des dépenses publiques liées aux retraites». Et pour cause: les retraites constituent le premier poste de dépense publique, soit 25 %. En 2019, les régimes de sécurité sociale ont versé 237 milliards d’euros de prestations, auxquelles s’ajoutent 93 milliards de retraites complémentaires, soit au total un peu plus de 14 % du PIB.

Malgré des réformes importantes engagées en 1993 (Balladur), 2003 (Fillon), 2010 (Woerth) et 2014 (Touraine), «le système de retraite est appelé à rester durablement en déficit », alerte la Cour des comptes. En 2025, selon l’estimation du dernier rapport du Conseil d’orientation des retraites (COR), le solde du régime varierait entre un excédent de 0,1 % du PIB (dans un scénario optimiste basé sur un effort constant de l’État employeur et des gains de productivité de 1,8 %) et un déficit

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 67% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.