Pourquoi la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées diffère d’un département à l’autre

Pourquoi la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées diffère d’un département à l’autre

Pourquoi la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées diffère d’un département à l’autre

Pourquoi la prise en charge de la perte d’autonomie des personnes âgées diffère d’un département à l’autre

Est-ce qu’il existe des départements où il fait bon vieillir ? Si la question est simple, la réponse est complexe, voire impossible. Une note de l’Institut des politiques publiques (IPP), publiée ce mercredi 12 janvier, cartographie les différences de prises en charge de la perte d’autonomie. Premier constat, il est déjà difficile de mesurer le nombre de personnes âgées de 60 ans ou plus en perte d’autonomie. En effet, selon la mesure de la perte d’autonomie considérée ou la source mobilisée, on en compte entre 1,3 et 3,9 millions. Il s’agit des personnes vivant encore à domicile ou étant en établissement.

Autre remarque, tout le monde n’est pas logé à la même enseigne en matière de perte d’autonomie. D’un département à l’autre, l’état de santé des personnes âgées varie fortement. “Le Pas-de-Calais est particulièrement touché par des troubles physiques (24 % des personnes âgées de 60 ans ou plus), la Guadeloupe par des troubles cognitifs (17 %) et la Lozère par des restrictions pour se laver (13 %). Le Nord et la Seine-Saint-Denis se distinguent par des difficultés précoces (avant 75 ans)”, détaille l’étude. Les départements où il y a de nombreux troubles physiques sont caractérisés par une “activité industrielle historiquement forte, pouvant expliquer l’apparition de troubles précoces et une plus faible longévité”, analyse l’auteur de l’étude Amélie Carrère.

>> Notre service – Trouvez une Maison de Retraite ou une Résidence Services Séniors (tous les établissements ont été visités et notés en fonction de la qualité des prestations et des tarifs)

À cet écart s’ajoutent les disparités de prise en compte de la perte d’autonomie. Les conseils départementaux sont au centre de cette question puisqu’ils sont chargés d’évaluer la perte d’autonomie des personnes qui demandent l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) et qu’ils financent son versement. Pour rappel, l’APA est versée aux personnes les plus dépendantes dont le groupe iso-ressources (GIR) est compris entre 1 et 4. Il y a donc un biais. “Les départements peuvent être incités à évaluer en GIR 5 plutôt que 4 les personnes à la limite de l’éligibilité à l’APA”, pointe l’étude.

Ainsi, certains départements qui ont des fortes contraintes budgétaires pourraient être amenés à sous-évaluer les besoins des personnes. “La perte d’autonomie évaluée par les conseils départementaux est la plus élevée en Haute-Corse, la plus faible en Guyane”, relève l’étude. Résultat, les besoins des personnes âgées en perte d’autonomie ne concordent pas complètement avec les évaluations des conseils départementaux.

Enfin, une des raisons de ces disparités peut être à chercher du côté du nombre d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) existant dans les départements ainsi que des tarifs proposés. Dans certains territoires, faute d’offres adéquates, les personnes âgées sont obligées de déménager et de quitter leur département. “Paris et la vallée du Rhône « bénéficient » le plus (au sens où elles voient leur taux de prévalence de la perte d’autonomie s’améliorer) de l’exode de personnes âgées. À l’inverse, la Lozère, l’Yonne, l’Ain et le Territoire de Belfort pâtissent le plus d’une migration de personnes âgées vers leur territoire”, pointe l’étude. Ces mouvements modifient donc les inégalités territoriales dans la prise en charge de la perte d’autonomie.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.