relever l’âge de départ reste très efficace, en dépit de coûts induits

relever l’âge de départ reste très efficace, en dépit de coûts induits

relever l’âge de départ reste très efficace, en dépit de coûts induits

Cela rapporte plus que baisser les pensions ou augmenter les cotisations.

Après de longues tergiversations durant tout le quinquennat – on se rappelle les débats entre Édouard Philippe et Emmanuel Macron sur l’âge pivot -, la nécessité de reporter l’âge de départ en retraite pour rétablir l’équilibre financier des régimes fait désormais consensus. Longtemps réticent, le chef de l’État est désormais favorable à un relèvement de l’âge légal. À droite, où l’on défend depuis des lustres qu’il faut travailler plus longtemps car on vit plus longtemps, Valérie Pécresse entend reporter l’âge de départ «jusqu’à 65 ans très progressivement», et Éric Zemmour à 64 ans. Seuls Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Fabien Roussel veulent le retour de la retraite à 60 ans, tandis qu’Anne Hidalgo défend le statu quo.

Dans ce contexte, le Conseil d’orientation des retraites (COR) – qui rassemble syndicats hostiles au relèvement de l’âge et représentants du patronat qui y sont favorables – se penchera (à nouveau) ce jeudi sur le sujet, à travers 18 documents et études statistiques…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 74% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

Source Le Figaro

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.