Retraite : ce cas exceptionnel qui peut mettre fin à une décote

Retraite : ce cas exceptionnel qui peut mettre fin à une décote

Retraite : ce cas exceptionnel qui peut mettre fin à une décote

Retraite : ce cas exceptionnel qui peut mettre fin à une décote

Si durant votre vie active, vous avez été expatrié, dans un ou plusieurs pays de l’Union Européenne, en Islande, au Liechtenstein, en Norvège ou en Suisse, chaque pays dans lequel vous avez travaillé et cotisé est susceptible de vous verser une pension de retraite. Mais l’âge auquel vous pouvez y prétendre n’est pas le même d’un pays à l’autre.

Si cet âge est fixé comme en France à 62 ans en Suède et en Norvège, il est généralement plus élevé dans les autres pays de “l’espace européen” : 65 ans en Belgique et en Espagne, 65 ans et 9 mois en Allemagne, 67 ans en Italie et en Grèce… Rien ne vous interdit de demander votre retraite dès 62 ans en France, même si vous continuez à travailler dans un autre pays européen dans lequel l’âge de la retraite est plus élevé.

Pour calculer votre durée d’assurance, durée qui va servir à déterminer le taux de liquidation de vos pensions en France si vous demandez leur versement avant 67 ans, les périodes accomplies dans un autre pays “européen” seront prises en compte comme si elles avaient été effectuées en France.

Autrement dit, si vous avez cotisé 125 trimestres en France, 20 trimestres en Espagne et 10 trimestres en Belgique, votre durée d’assurance est de 155 trimestres. Ce qui est inférieur à la durée d’assurance requise pour le taux plein (167 trimestres) si vous êtes né en 1960 et souhaitez demander le versement de votre retraite, cette année à 62 ans. Conséquence : votre retraite de base et votre retraite complémentaire Agirc-Arrco seront liquidées avec une décote pour tenir compte de vos “12 trimestres manquants”.

Supposons maintenant que, après avoir liquidé votre retraite en France, vous continuiez à travailler en Belgique jusqu’à 65 ans, âge auquel vous pourrez demander votre retraite dans ce pays. Grâce à ces trois années travaillées en plus, vous avez validé 12 trimestres supplémentaires et réunissez le nombre de trimestres requis pour obtenir vos pensions – base et complémentaire – à taux plein en France, c’est-à-dire sans décote. “C’est pratiquement le seul cas dans lequel on peut obtenir une révision de ses droits une fois sa retraite liquidée. Votre caisse de retraite française doit réexaminer votre dossier et recalculer le montant de votre retraite. Normalement, les caisses doivent s’autosaisir et les assurés n’ont aucune de démarche à effectuer pour obtenir la révision de leur pensionexplique Nicolas Strady, directeur des opérations Retraite chez Ma réforme des retraites.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.