Retraite des indépendants : cette mesure qui limite l'impact de la crise sanitaire

Retraite des indépendants : cette mesure qui limite l’impact de la crise sanitaire

Retraite des indépendants : cette mesure qui limite l’impact de la crise sanitaire

Retraite des indépendants : cette mesure qui limite l'impact de la crise sanitaire

Les mesures de restrictions sanitaires mises en œuvre en 2020 et 2021, pour endiguer la crise liée à la Covid 19, ont fortement affecté l’activité de certains travailleurs indépendants, en particulier ceux qui exercent dans les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, de la culture, de l’événementiel, du sport et du commerce de détail non alimentaire.

Pour bon nombre d’entre eux, cela s’est traduit par une perte de revenus substantielle qui a, à son tour, entraîné une réduction de leurs droits à retraite. Cette perte de droits varie selon leur statut : elle est limitée à un trimestre pour les artisans, commerçants et professionnels libéraux qui sont assujettis à une cotisation minimale leur permettant de valider au moins trois trimestres par an mais peut atteindre quatre trimestres par an pour les auto-entrepreneurs, les artistes auteurs affiliés au régime général mais qui exercent leur activité de manière indépendante ainsi que pour certains mandataires sociaux, du fait de l’absence d’une cotisation minimum obligatoire.

>> Notre service Retraite et Prévoyance pour les artisans, commerçants et professionnels libéraux – Confiez à un expert la mission d’auditer vos besoins en Prévoyance/Retraite et de sélectionner le meilleur contrat déductible fiscalement. Vous bénéficierez d’un tarif préférentiel (remise de 20 % pour les internautes de Capital)

Mécaniquement, une diminution du nombre de trimestres validés entraîne un recul de l’âge auquel ces assurés pourront partir à la retraite à taux plein. Pour compenser cette perte, la loi de financement de la Sécurité sociale pour 2022 prévoit que les indépendants qui travaillent dans ces secteurs d’activité se verront automatiquement attribués pour 2020 et 2021, autant de trimestres que la moyenne des trimestres qu’ils ont validés au cours des années 2017, 2018 et 2019.

Un décret doit préciser les modalités d’application de cette mesure, qui sera mise en œuvre directement par les organismes de retraite, sans qu’il soit nécessaire que les intéressés effectuent de démarches particulières auprès de leur caisse de retraite.

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.