Scandale Orpea : les dirigeants du groupe sous le feu des critiques des députés

Scandale Orpea : les dirigeants du groupe sous le feu des critiques des députés

Scandale Orpea : les dirigeants du groupe sous le feu des critiques des députés

Scandale Orpea : les dirigeants du groupe sous le feu des critiques des députés

Ambiance tendue dans la salle de la commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale. Les dirigeants d’Orpea ont suscité les réactions « outrées » et la « déception » de députés ce mercredi 2 février, qui ont estimé ne pas avoir reçu les réponses aux nombreuses questions qu’ils ont posées sur les informations contenues dans le livre-enquête Les Fossoyeurs. « Il y aurait un système Orpea consistant à optimiser le profit pour rationner nos prestations. Je vous l’affirme : ce système n’existe en aucun cas à Orpea. Le vrai système Orpea, c’est qu’à tous les niveaux on essaie de prendre soin des personnes qui nous sont confiées », a déclaré le nouveau PDG Philippe Charrier. « Vous avez en Orpea un leader mondial. La France n’en a pas beaucoup. Les plus belles entreprises sont fragiles », a-t-il dit, appelant à ne pas « détruire les plus belles entreprises avec des allégations ». « Nous ne sommes pas là pour détruire les entreprises, mais pour protéger nos aînés », lui a rétorqué la présidente de la commission des Affaires sociales, Fadila Khattabi, qui auditionnait Philippe Charrier et le directeur général France du groupe, Jean-Christophe Romersi.

Contournant les questions sur les aspects financiers du scandale, répondant par des rappels détaillés de la réglementation, les dirigeants ont suscité dès le début de l’audition des murmures d’agacement dans la salle, le rapporteur de la commission Thomas Mesnier faisant observer ironiquement : « Nous connaissons le secteur, c’est ici que sont votés chaque année tous les crédits que vous avez décrits ». « La représentation nationale, je vous le dis franchement, est déçue par la qualité de vos réponses – ou de l’absence de réponses. Je ne vous cache pas non plus ma déception », a déclaré Fadila Khattabi, qui s’est « réjouie » de l‘ouverture d’une double enquête administrative (Igas et IGF) et de l’audition prochaine de Victor Castanet, auteur de l’enquête.

« Je suis outrée par la posture de M. Charrier et M. Romersi. Depuis deux heures vous ne répondez pas à nos questions. (…) Force est de constater que nous n’aurons aucune réponse spontanément de votre part », s’est exclamée la députée Charlotte Parmentier-Lecocq (LREM). »Outré » également par « l’absence de réponse », Nicolas Turquois (Modem) a reproché en séance aux deux dirigeants un « discours creux sur de grands principes », suivi d' »arguments technico-administratifs, des chiffres qui ont noyé le poisson ». »J’espérais de vous transparence et humilité, que vous devez aux contribuables français et à leurs familles. Mais honnêtement quelle déception ! J’assiste à une mascarade, où tantôt vous brandissez votre cahier des charges et vos éléments de langage insipides, tantôt ce sont vos collaborateurs qui vous servent de bouclier, avec l’arrogance même de nous expliquer le fonctionnement de la dépendance », leur a reproché Lætitia Romeiro-Dias (LREM).

>> Notre service – Testez notre comparateur d’assurances vie

Source Capital.fr

Si vous avez aimé cet article, partagez le !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.